1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

Buste de l’empereur Hadrien cuirassé

Buste de l'empereur Hadrien cuirassé
zoom
Télécharger l'image  
  • Buste de l’empereur Hadrien cuirasséa
  • Buste d’Alexandre le Grand, dit Hermès Azara1
  • Portrait de l'empereur Hadrien2
  • Trajan debout et cuirassé3
  • Athéna, dite « Minerve au collier »4
  • Groupe impérial en Mars et Vénus5
Buste de l’empereur Hadrien cuirassé
dimension : H. 67 cm
matériaux : marbre
technique : sculpture
provenance : Héraklion, Crète
datation : 130 ap. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Buste de l'empereur Hadrien cuirassé
Buste de l’empereur Hadrien cuirassé
dimension : H. 67 cm
matériaux : marbre
technique : sculpture
provenance : Héraklion, Crète
datation : 130 ap. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Buste d’Alexandre le Grand, dit Hermès Azara
Buste d’Alexandre le Grand, dit Hermès Azara
Copie romaine d'un original grec de Lysippe
datation : 330 av. J.-C. (pour l'original)
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Portrait de l'empereur Hadrien
Portrait de l'empereur Hadrien
datation : 130 ap. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Trajan debout et cuirassé
Trajan debout et cuirassé
datation : vers 108 ap. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Athéna, dite « Minerve au collier »
Athéna, dite « Minerve au collier »
Copie romaine d'un original grec de Phidias
datation : 438 av. J.-C. (pour l'original)
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Groupe impérial en Mars et Vénus
Groupe impérial en Mars et Vénus
datation : vers 130 ap. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Tradition ou innovation ? Un empereur romain représenté par un artiste grec ?

Le règne d'Hadrien (117-138 apr. J.-C.) est connu par des textes antiques qui soulignent l'œuvre de paix, de réforme et le goût prononcé pour la culture grecque de cet empereur romain. Successeur de Trajan (règne de 98 à 117 apr. J.-C.), il hérite d’un empire à son apogée. Plutôt que de continuer son expansion territoriale, il choisit de le pacifier et d’en consolider les frontières. Il le parcourt ainsi pendant plus de dix ans.

Une image du pouvoir

Le buste d’Hadrien cuirassé aujourd’hui conservé au Louvre [ image principale ] s’inscrit dans la tradition du portrait de propagande qui remonte à Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.) et à ses successeurs [ image 1 ]. L’autorité du souverain est matérialisée par des images placées dans les lieux publics et par des monnaies utilisées au quotidien jusque dans les provinces les plus reculées. Les empereurs romains expriment leur pouvoir de la même manière. Le prototype du portrait, défini dans les ateliers officiels, est approuvé par l’empereur avant d’être diffusé. Il ne s'agit pas seulement de représenter les traits physiques caractéristiques de l'empereur. Au travers de son expression, le portrait souligne aussi certaines vertus qui, comme les inscriptions sur les monnaies, manifestent sa conception personnelle du pouvoir impérial. Autant pour rassurer ses sujets que pour tenir en respect ses ennemis, Hadrien est ici représenté en chef de guerre, une des fonctions essentielles de tout empereur [ image 3 ].

Une multitude de portraits

On dénombre environ 150 portraits d’Hadrien. Certains sont réalisés dans les ateliers impériaux, d’autres dans des localités plus éloignées de Rome par des populations désireuses de montrer leur fidélité à l’empereur, à l’occasion de son passage ou de son séjour parmi elles. Ils le représentent en buste ou en pied, en orateur vêtu d’une toge ou en militaire cuirassé, sage et pensif ou jeune et énergique.

Comment reconnaître Hadrien

Aucun portrait n’est parfaitement identique à un autre : le degré d’idéalisation introduit par l’artiste et la manière de travailler le matériau y sont pour beaucoup. Outre les particularités physiques qui se retrouvent sur les monnaies portant son nom, la coiffure constitue un précieux indice pour identifier un portrait d’empereur [ image 2 ] : les spécialistes le nomment d'ailleurs « l'indice capillaire ». Hadrien se reconnait ainsi à son épaisse chevelure ondulée dont les boucles ceignent son front à la manière d’une couronne.

Un portrait réalisé par un artiste grec ?

Hadrien porte une cuirasse décorée au niveau des épaules de deux personnages barbus dont le corps se termine en queue de serpent. Sur la poitrine, simpose le masque grimaçant de la Gorgone Méduse. Cette représentation de Méduse est empruntée à l’ Athéna Parthénos de Phidias [ image 4 ]. Selon certains spécialistes, ce motif est lié au séjour dHadrien à Athènes. En effet, en 127-128 apr. J.-C., Hadrien y a consacré le temple de lOlympéion. On peut donc penser que ce buste a été réalisé par un artiste grec après cette date, hypothèse d'autant plus séduisante quil a été retrouvé en Crète. Ce portrait dérive des modèles officiels mais présente également des particularités relevant de la tradition grecque : le traitement subtil des chairs contrastant avec la barbe et les boucles de cheveux, ainsi que la pose dynamique, la tête fortement tournée vers la droite.

Une mode et des techniques nouvelles

Hadrien rompt avec la tradition et porte la barbe abandonnée par les Romains au IIIe siècle av. J.-C. Est-ce pour cacher une cicatrice ou manifester son admiration pour les philosophes grecs qui l’ont influencé ? Les auteurs antiques ne s’accordent pas. Ses contemporains et presque tous ses successeurs l’adopteront eux aussi. Autre innovation, l’œil est désormais sculpté et plus seulement peint. L'iris est en relief et la pupille est creusée, ce qui donne un regard vif, porté au loin comme dans les représentations de héros grecs. C’est d’ailleurs sous le règne d’Hadrien que commence à s’affirmer la divinisation du souverain de son vivant, comme dans le groupe sculpté du Louvre [ image 5 ] où il est représenté en dieu Mars aux côtés de son épouse en Vénus.

Sandrine Bernardeau

Permalien : http://panoramadelart.com/buste-de-l-empereur-hadrien

Publié le 17/10/2011

haut de page

ressources internet

  1. Un repère dans l’histoire de la sculpture
    http://www.histoiredesarts.culture.fr/reperes/sculpture
  2. Autre portrait d’Hadrien au Louvre
    http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/hadrien
  3. La fiche du « Groupe impérial en Mars et Vénus » sur le site du Louvre
    http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/groupe-imperial-en-mars-et-venus
  4. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Athéna Parthénos :
Statue de la déesse Athéna, aujourd’hui disparue, très célèbre dans l’Antiquité. Elle avait été réalisée par le sculpteur Phidias pour le Parthénon d’Athènes, construit au Ve siècle av. J.-C. Haute de plus de 10 mètres, elle était faite de plaques d’or et d’ivoire fixées sur une structure de bois.
Gorgone Méduse :
Dans la mythologie grecque, les Gorgones étaient trois sœurs, des créatures hybrides entre l’homme et l’animal. La plus célèbre d’entre elles, Méduse, était la seule à être mortelle. Sa chevelure était constituée de serpents et son regard pétrifiait quiconque le croisait. Persée la décapita et offrit sa tête à Athéna. La tête de Méduse devint ainsi un des attributs de cette déesse.
Héros :
Dans la Grèce antique, personnage le plus souvent issu de l’union d’une divinité et d’un mortel auquel on prête des aventures exceptionnelles. Associé à la vie locale, un culte est rendu sur son tombeau.
Statue :
Sculpture en trois dimensions réalisée dans différents types de matériaux (pierre, bois, métal, terre).
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers

Anonyme
lun, 03/20/2017 - 20:17

Je me régale dans la lecture des Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar. Dans le chapitre Tellus Stabilité, p. 146 de l'édition Folio, l'empereur évoque l'Art du portrait et l'une des statues en marbre qui le représente. Cela m'a intéressé de la découvrir grâce à votre site. Merci aussi pour les explications sur la pupille et l'iris de l'œil. Je sais qu'il a fallu attendre le XIXème siècle, il me semble Oliva, pour retrouver ce type de représentation de l'œil en creux.