1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency La Chasse d’Ésaü Anonyme

Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
  • Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorencya
  • Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorencyb
  • Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorencyc
  • Anne, duc de Montmorency (1493-1567), connétable de France en 1537, représenté vers 15551
  • Esclave mourant2
  • Vue extérieure du château d’Écouen3
  • Chambre de Madeleine de Savoie4
  • La grande salle de l’appartement d’Henri II5
  • Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency6
  • L’Enlèvement de Proserpine7
Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
La Chasse d’Ésaü
auteur(s) : Anonyme
matériaux : peinture
technique : peinture à l’huile sur enduit
datation : entre 1547 et 1552
lieu de conservation : entre 1547 et 1552
Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
La Chasse d’Ésaü
auteur(s) : Anonyme
matériaux : peinture
technique : peinture à l’huile sur enduit
datation : entre 1547 et 1552
lieu de conservation : entre 1547 et 1552
Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
Détail de la partie inférieure du décor
La Chasse d’Ésaü
auteur(s) : Anonyme
matériaux : peinture
technique : peinture à l’huile sur enduit
datation : entre 1547 et 1552
lieu de conservation : Écouen, musée national de la Renaissance
Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
Scène entourée de deux figures portant l’épée du connétable
La Chasse d’Ésaü
auteur(s) : Anonyme
matériaux : peinture
technique : peinture à l’huile sur enduit
datation : entre 1547 et 1552
lieu de conservation : Écouen, musée national de la Renaissance
Anne, duc de Montmorency (1493-1567), connétable de France en 1537, représenté vers 1555
Anne, duc de Montmorency (1493-1567), connétable de France en 1537, représenté vers 1555
auteur(s) : Atelier de François Clouet (vers 1515-1572)
dimension : H. 32 cm ; L. 28 cm
matériaux : peinture, bois
technique : huile sur bois
datation : vers 1555
lieu de conservation : Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
Esclave mourant
Esclave mourant
auteur(s) : Michelangelo Buonarroti, dit Michel-Ange (1475-1564)
dimension : H. 227,7 cm ; L. 72,4 cm ; P. 53,5 cm
matériaux : marbre
technique : sculpture
provenance : Don de l’artiste à Roberto Strozzi en 1546 ; offert par Roberto Strozzi à François Ier ; don d’Henri II au connétable de Montmorency ; placée dans les niches du château d’Écouen jusqu’en 1632 ; entrée au Louvre en 1794
datation : 1513-1515
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Vue extérieure du château d’Écouen
Vue extérieure du château d’Écouen
Pavillon central de la façade nord
auteur(s) : Peut-être Jean Bullant (vers 1515-1578)
matériaux : pierre
technique : architecture
datation : vers 1550
lieu de conservation : Écouen, musée national de la Renaissance
Chambre de Madeleine de Savoie
Chambre de Madeleine de Savoie
Frise de grotesques sur le mur est, à droite de la cheminée
auteur(s) : Anonyme
matériaux : peinture
technique : peinture à l’huile sur enduit mural
datation : entre 1547 et 1552
lieu de conservation : Écouen, musée national de la Renaissance
La grande salle de l’appartement d’Henri II
La grande salle de l’appartement d’Henri II
Cheminée de la Victoire ; au sol, reconstitution du premier pavement commandé par le connétable en 1542
auteur(s) : Anonyme
technique : sculpture, céramique, peinture
datation : entre 1542 et 1557
lieu de conservation : Écouen, musée national de la Renaissance
Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
Cheminée peinte de la chambre du connétable Anne de Montmorency
Jacob gardant les troupeaux de Laban
auteur(s) : Anonyme
matériaux : peinture
technique : peinture à l’huile sur enduit
datation : entre 1542 et 1557
lieu de conservation : Écouen, musée national de la Renaissance
L’Enlèvement de Proserpine
L’Enlèvement de Proserpine
auteur(s) : Nicolo dell’Abbate (1509 ou 1512-1571)
dimension : H. 196 cm ; L. 275 cm
matériaux : peinture
technique : peinture à l’huile sur toile
datation : vers 1560
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Le décor de cette cheminée est-il une sculpture ou une peinture ? Montre-t-il une scène biblique ou un paysage ?

Le château d’Écouen renferme un ensemble de douze cheminées peintes, dont une ornée de la représentation du thème biblique de la chasse d’Ésaü image a. Elle se trouve dans l’appartement d’Anne de Montmorency (1493-1567) image 1, maître des lieux au xvie siècle. Ce personnage très puissant est éduqué avec le futur François Ier et devient son connétable, c’est-à-dire le chef des armées royales. Homme de guerre, il participe notamment à la lutte contre la Réforme sous le règne de Charles IX. Au fait de la vie artistique de son temps, il possède une grande culture et est un grand collectionneur : il est notamment le propriétaire des deux esclaves de Michel-Ange image 2, aujourd’hui conservés au musée du Louvre. Sous sa direction, la transformation du château d’Écouen en l’une des plus luxueuses demeures de la Renaissance est l’un des grands chantiers artistiques de l’époque. Les cheminées peintes, vestiges du décor imaginé pour Anne de Montmorency, en témoignent.

Un luxueux château de la Renaissance

Le château actuel, construit au xvie siècle pour le connétable, remplace un édifice du Moyen Âge appartenant déjà à la famille. Si la chapelle est encore couverte par une voûte gothique, le goût pour les nouvelles formes artistiques venues d’Italie s’affirme dans l’ensemble du bâtiment : à l’extérieur, un avant-corps reprend la forme d’un arc de triomphe image 3, tandis qu’à l’intérieur, de nombreuses frises de grotesques, dans le goût de la Renaissance italienne image 4, ornent les salles. Les douze cheminées peintes des appartements des Montmorency et l’ornementation de ceux aménagés pour recevoir le roi Henri II témoignent de la richesse du décor intérieur. Outre les frises et les cheminées, les salles bénéficiaient d’un pavement de faïence et non de terre cuite, aux armes des Montmorency.

Un savant décor de cheminée

La partie supérieure d’une cheminée, appelée le manteau, est un emplacement privilégié pour accueillir un décor peint ou sculpté. C’est pourquoi les cheminées, outre leur caractère fonctionnel, font partie intégrante du programme décoratif des riches demeures, souvent à la gloire de leurs occupants.

Le château d’Écouen abrite ainsi des cheminées ornées de reliefs sculptés, aux motifs inspirés par l’Antiquité gréco-romaine, comme le thème de la Victoire image 5. On y trouve aussi douze cheminées peintes, dont onze ont pour sujets des épisodes de l’Ancien Testament. Deux d’entre elles se trouvent dans les appartements d’Anne de Montmorency, l’une présentant la chasse d’Ésaü, l’autre l’histoire de Jacob, deux personnages de la Genèse image 6.

Le texte consacré à ces frères jumeaux raconte que Jacob, avec l’aide de sa mère Rebecca, monte un stratagème pour prendre la place d’Ésaü, l’aîné des deux (Genèse 27, 1-40). Il profite de l’absence de ce dernier, parti chasser, pour se faire passer pour lui devant son père aveugle, Isaac. Celui-ci lui donne sa bénédiction et lui confère sans le savoir le droit d’aînesse, destiné initialement à Ésaü. Face à la colère d’Ésaü, de retour de la chasse, Jacob est contraint de s’enfuir et de quitter sa famille.

De la scène biblique au paysage

La scène est peinte dans un médaillon autour duquel fourmillent des détails évoquant la chasse, comme les chiens ou le trophée d’une tête de cerf image b. Ce thème, fréquent dans le décor des demeures royales, permet ici au commanditaire, haut personnage du royaume, d’évoquer ses goûts et son rang.

Plus que la figure d’Ésaü, le médaillon central image c montre un paysage qui occupe l’essentiel de la composition. Le thème du paysage, représenté de manière réaliste avec une perspective et une atmosphère qui se perd dans des fonds bleutés, est assez nouveau au xvie siècle. On le trouve dans l’art de Nicolo dell’Abate, peintre italien actif sur le chantier du château de Fontainebleau image 7, comme dans l’art flamand. Cela témoigne d’un goût de plus en plus marqué pour la représentation de la nature. L’auteur de ce décor d’une grande qualité reste inconnu.

Le trompe-l’œil : plusieurs matières en une

L’encadrement de La Chasse d’Ésaü est un trompe-l’œil imitant notamment la pierre sur un fond de mosaïque dorée. Le paysage est flanqué de deux figures partiellement dénudées, semblables à des statues, qui soulèvent des rideaux ornés de petits aigles bleus appartenant aux armes des Montmorency. Ces personnages tiennent également une épée, emblème de la fonction de connétable. Dans la partie supérieure, des fruits, des courges semblent accrochés à une corniche, elle aussi en trompe-l’œil. Dans la partie inférieure, un faux bas-relief représente la bénédiction de Jacob.

 La technique du trompe-l’œil, souvent utilisée à la Renaissance, permet aux peintres d’imiter toutes sortes de matériaux, comme la pierre ou le cuir. Peu onéreuse, c’est aussi un moyen pour les artistes de développer leur virtuosité et de se confronter aux sculpteurs. Ils démontrent ainsi leur capacité à rendre la troisième dimension de manière si habile que l’œil ne se rend pas toujours compte qu’il s’agit de peinture, et non de sculpture.

 

Un signe extérieur de pouvoir

Par la qualité, la richesse et la nouveauté de ses décors, le château d’Écouen se place dans la continuité des chantiers royaux, comme celui de Fontainebleau. Le décor peint des cheminées, aujourd’hui unique en France, évoque les évolutions de l’art français du xvie siècle et l’essor de la Renaissance française à la Cour de François Ier. Collectionneur et mécène, Anne de Montmorency fait de son château une demeure témoignant de sa culture et de sa puissance. Il amorce également l’usage de thématiques bibliques à des fins non liturgiques : glorification d’une activité noble comme la chasse et prétexte à la description de la nature.

 

Isabelle Bonithon

Permalien : http://panoramadelart.com/cheminee-ecouen-anne-montmorency

Publié le 30/05/2017

haut de page

ressources internet

  1. L’histoire du château d’Écouen
    http://musee-renaissance.fr/le-chateau/histoire-du-chateau-decouen
  2. La fiche du musée sur la chambre et l’antichambre des appartements du connétable
    http://musee-renaissance.fr/sites/musee-renaissance.fr/files/fiche_de_salle_appa
  3. Une note du Centre de recherche et de restauration des musées de France sur la technique de peinture des cheminées du château d’Écouen
    http://c2rmf.fr/ecouen-musee-national-de-la-renaissance-restauration-des-chemine
  4. Un texte sur l’école de Fontainebleau dans l’exposition virtuelle de la BnF sur les dessins de la Renaissance
    http://expositions.bnf.fr/renais/arret/4/2.htm
  5. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Bas-relief :
Type de sculpture en deux dimensions. Le matériau est creusé afin que la forme souhaitée apparaisse en épaisseur par rapport au fond.
Grotesques :
Type de décoration peinte ou sculptée mêlant éléments végétaux et figures fantastiques humaines et/ou animales. Apparus dans l’art romain, ces décors seront repris dans les courants occidentaux inspirés de l’Antique. 
Mosaïque :
Art qui consiste à réaliser de grands panneaux décoratifs, à l’aide d’une multitude de petits cubes (tesselles) de divers matériaux (pierre, céramique, verre) et de diverses couleurs, disposés sur un enduit. C’est un décor privilégié sur les sols et les murs des grands édifices publics et des riches demeures.
Renaissance :
Mouvement artistique né au XVe siècle en Italie et qui se diffuse dans le reste de l’Europe au XVIe siècle. Il repose sur la redécouverte, l’étude et la réinterprétation des textes, monuments et objets antiques. À la différence de la pensée médiévale qui donne à Dieu une place centrale, c'est l'homme qui est au cœur de la pensée de la Renaissance.   
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers