1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

La Tour Eiffel

La Tour Eiffel
  • La Tour Eiffela
  • La Tour Eiffelb
  • Bibliothèque Sainte-Geneviève1
  • Le Crystal Palace de l'architecte Joseph Paxton à Londres2
  • La Tour Eiffel3
La Tour Eiffel
photographiée lors de l'Exposition universelle de 1889
auteur(s) : Neurdein Frères (1863-1915)
dimension : H. 24,2 cm ; L. 21,7 cm
technique : photographie
datation : 1889
lieu de conservation : Paris, musée d'Orsay
La Tour Eiffel
La Tour Eiffel
photographiée lors de l'Exposition universelle de 1889
auteur(s) : Neurdein Frères (1863-1915)
dimension : H. 24,2 cm ; L. 21,7 cm
technique : photographie
datation : 1889
lieu de conservation : Paris, musée d'Orsay
La Tour Eiffel
La Tour Eiffel
les étapes de la construction
auteur(s) : Louis-Émile Durandelle (1839-1917)
technique : photographie
datation : 1887
lieu de conservation : Paris, musée d'Orsay
Bibliothèque Sainte-Geneviève
Bibliothèque Sainte-Geneviève
salle de lecture
auteur(s) : Henri Labrouste (1801-1875)
technique : dessin
datation : 1842-1850
lieu de conservation : Paris, musée d'Orsay
Le Crystal Palace
Le Crystal Palace de l'architecte Joseph Paxton à Londres
auteur(s) : Henry Negretti (1818-1879)
technique : photographie
datation : 1851
lieu de conservation : Paris, musée d'Orsay
La Tour Eiffel
La Tour Eiffel
auteur(s) : Robert Delaunay (1885-1941)
datation : 1910
lieu de conservation : Paris, musée d'Orsay
Quelle place pour l'esthétique industrielle ?

Initialement voulue comme un monument éphémère, la tour Eiffel [ image principale ] a été construite pour l’Exposition universelle organisée à Paris en 1889, sous la IIIe République. Il s’agit d’une commande de l’État qui souhaite commémorer le centenaire de la Révolution française. L’œuvre de Gustave Eiffel témoigne de l’esprit de rivalité qui animait les pays participants lors de ces manifestations internationales, vues comme des vitrines du progrès. Véritable défi technique et architectural, la tour Eiffel est restée le plus haut édifice du monde jusqu’à la construction du Chrysler Building à New York en 1930.

Le travail d’une équipe réunie autour de Gustave Eiffel

En 1886, un concours est lancé pour « élever sur le Champ-de- Mars, une tour en fer à base carrée, de 125 mètres de côté à la base et de 300 mètres de hauteur ». Le projet soumis par Gustave Eiffel, ingénieur et entrepreneur, l’emporte. À cette époque, l’industriel s’est déjà distingué par quelques ouvrages importants en métal : le viaduc de Garabit construit en 1884 dans le Cantal et l’armature de la statue de la Liberté envoyée à New York en 1885. Il est à la tête d’une société qui emploie plusieurs ingénieurs et architectes. La tour en forme de pylône métallique qu’il propose d’édifier en 1886 est d’ailleurs davantage le fruit de l’imagination et des calculs de ses collaborateurs que de lui-même. Les ingénieurs Maurice Koechlin et Émile Nouguier travaillent d’abord sur la structure de l’édifice et les problèmes techniques que soulève sa réalisation. L’architecte Stephen Sauvestre en perfectionne ensuite le dessin et l’esthétique. Mais l’histoire a moins retenu leur nom que celui de Gustave Eiffel, dont le rôle a été de porter et de défendre le projet devant les autorités publiques.

Une prouesse technique

Le concours lancé pour l’élévation de la tour du Champ-de-Mars relève du défi, en raison non seulement de la hauteur attendue, mais aussi de l’emplacement retenu pour sa construction, en bordure de Seine. Aucune tour haute de 300 mètres n’a encore jamais été édifiée. Sa conception est d’autant plus délicate que le terrain sur lequel elle doit reposer de tout son poids est sablonneux et donc instable. Les ingénieurs étudient avec la plus grande attention les fondations où prendront appui les quatre piles de la tour et trouvent le moyen de les stabiliser. Il faut aussi alléger le plus possible la tour elle-même. C’est principalement l’ingénieux assemblage de poutres en acier qui permet d’obtenir une structure légère, presque transparente. La tour Eiffel fait ainsi la démonstration du potentiel de l’acier en architecture.

Une étape dans l’histoire de l’architecture métallique

Elle est intimement liée à la révolution industrielle et à l’essor de la sidérurgie. Le perfectionnement des techniques de fonte et d’alliage, la mécanisation de la production, permettent d’obtenir en nombre des poutres métalliques de plus en plus longues et résistantes. Progressivement, le métal vient remplacer le bois dans les charpentes et les planchers, c’est le cas notamment à la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris, réalisée sur les plans d’Henri Labrouste entre 1843 et 1850 [ image 1 ]. Ce matériau permet aussi de concevoir des bâtiments de plus en plus vastes. À Londres, c’est une gigantesque halle, toute de verre et de métal, que l’on construit pour inaugurer la première Exposition universelle en 1851 : le Crystal Palace (détruit par les flammes en 1936) [ image 2 ]. La tour Eiffel se distingue néanmoins des constructions antérieures par l’absence d’habillage de son ossature et par sa forme totalement inédite.

La beauté du monde industriel

Elle surprend dans le paysage urbain où, pour la première fois, un bâtiment laïc s’élève plus haut que les clochers des églises. Beaucoup la jugent d’autant plus hideuse qu’elle semble inutile. Échelonnée sur deux ans, son édification attire très tôt l'attention des photographes qui, jour après jour, en suivent et en immortalisent les étapes [ détail b ]. Les critiques virulentes, rassemblées dans une pétition signée notamment par Maupassant et publiée dans le journal Le Temps, touchent aussi bien sa taille que les matériaux utilisés. La tour est notamment qualifiée de « squelette ». Le métal bien que fonctionnel et fréquemment utilisé en architecture n’a pas encore gagné ses lettres de noblesse. Il est néanmoins déjà mis en œuvre à l’Opéra de Paris et le sera aussi bientôt dans des hôtels particuliers construits en Belgique par Victor Horta, grand architecte belge, un des premiers créateurs de l’Art nouveau.

Pourtant, la tour Eiffel commence à fasciner certains artistes comme Georges Seurat qui la représente dés janvier 1889 alors qu’elle n’est pas encore achevée (San Francisco, Fine Arts Museums). Il est le premier d’une longue série de créateurs qui tirera partie de son étrange forme comme Apollinaire qui la transforme en un Calligramme ou son ami Delaunay qui lui consacre une série de peintures et de lithographies [ image 3 ]Aujourd'hui symbole de Paris, elle a trouvé son utilité et comme l'imaginait Eiffel « sa beauté propre ».

Isabelle Bonithon

Permalien : http://panoramadelart.com/la-tour-eiffel

haut de page

ressources internet

  1. Tout savoir sur la tour Eiffel : dossiers thématiques
    http://www.tour-eiffel.fr/tout-savoir-sur-la-tour-eiffel/dossiers-thematiques.ht
  2. Une synthèse sur la naissance de la tour Eiffel
    http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=389&d=11&t
  3. Des extraits du documentaire de Charles Berling « Sur les traces de Gustave Eiffel » sur France-TV Éducation
    http://education.francetv.fr/recherche/?srch_new=1&motc=tour+eiffel+berling&subm
  4. Sur les aspects techniques
    http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=688&d=11&t
  5. Dossier sur l’Exposition de 1900
    http://expositions.bnf.fr/universelles/index.htm
  6. Sur la révolution industrielle
    http://www.histoire-image.org/site/rech/resultat.php?mots_cles=revolution+indust
  7. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Art nouveau :
Style qui se développe dès la fin du XIXe siècle, d'abord en Belgique et en France. Il s’épanouit dans l’architecture et dans les arts décoratifs. La recherche de fonctionnalité est une des préoccupations de ses architectes et designers. L’Art nouveau se caractérise par des formes inspirées de la nature, où la courbe domine.
Exposition universelle :
Présentation publique durant laquelle des produits de l’art et de l’industrie du monde entier sont exposés. La première a eu lieu à Londres en 1851.
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers