1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

Sous la vague au large de Kanagawa Titre japonais : Kanagawa oki namiura Katsushika Hokusai (1760-1849)

zoom
Télécharger l'image  
  • Sous la vague au large de Kanagawaa
  • Sous la vague au large de Kanagawab
  • Sous la vague au large de Kanagawac
  • Sous la vague au large de Kanagawad
  • Personnages contemplant le mont Fuji d’une terrasse1
  • Vue d’Enoshima au printemps2
  • Le Fuji dans les montagnes Totomi3
  • Honmoku au large de Kanagawa4
Sous la vague au large de Kanagawa
Titre japonais : Kanagawa oki namiura
auteur(s) : Katsushika Hokusai (1760-1849)
dimension : H. 24,8 cm ; L. 36,3 cm
matériaux : Estampe nishiki-e
technique : Gravure sur bois
provenance : Japon
datation : 1830-1834
lieu de conservation : Paris, musée Guimet - musée national des Arts asiatiques
Sous la vague au large de Kanagawa
Titre japonais : Kanagawa oki namiura
auteur(s) : Katsushika Hokusai (1760-1849)
dimension : H. 24,8 cm ; L. 36,3 cm
matériaux : Estampe nishiki-e
technique : Gravure sur bois
provenance : Japon
datation : 1830-1834
lieu de conservation : Paris, musée Guimet - musée national des Arts asiatiques
Sous la vague au large de Kanagawa
Titre japonais : Kanagawa oki namiura
auteur(s) : Katsushika Hokusai (1760-1849)
dimension : H. 24,8 cm ; L. 36,3 cm
matériaux : Estampe nishiki-e
technique : Gravure sur bois
provenance : Japon
datation : 1830-1834
lieu de conservation : Paris, musée Guimet - musée national des Arts asiatiques
Sous la vague au large de Kanagawa
Titre japonais : Kanagawa oki namiura
auteur(s) : Katsushika Hokusai (1760-1849)
dimension : H. 24,8 cm ; L. 36,3 cm
matériaux : Estampe nishiki-e
technique : Gravure sur bois
provenance : Japon
datation : 1830-1834
lieu de conservation : Paris, musée Guimet - musée national des Arts asiatiques
Sous la vague au large de Kanagawa
Titre japonais : Kanagawa oki namiura
auteur(s) : Katsushika Hokusai (1760-1849)
dimension : H. 24,8 cm ; L. 36,3 cm
matériaux : Estampe nishiki-e
technique : Gravure sur bois
provenance : Japon
datation : 1830-1834
lieu de conservation : Paris, musée Guimet - musée national des Arts asiatiques
Personnages contemplant le mont Fuji d’une terrasse
Le pavillon du turbot cornu au Gohakurakan-ji (monastère des cinq cents grands disciples)
auteur(s) : Katsushika Hokusai (1760-1849)
dimension : H. 25,6 cm ; L. 38,5 cm
technique : Estampe nishiki-e
provenance : Japon
datation : vers 1830-1834
lieu de conservation : Paris, musée Guimet - musée national des Arts asiatiques
Vue d’Enoshima au printemps
Extrait de Rameaux de saule
Titre japonais : Yanagi no ito
auteur(s) : Katsushika Hokusai (1760-1849)
dimension : Format obon
matériaux : Livre kyokabon
technique : Estampe nishiki-e
provenance : Japon
datation : Printemps 1797
lieu de conservation : Tsuwano, Katsushika Museum of Art
Le Fuji dans les montagnes Totomi
Dessin préparatoire aux « Cent vues du mont Fuji »
auteur(s) : Katsushika Hokusai (1760-1849)
dimension : H. 18 cm ; L. 24,7 cm
matériaux : Papier, sanguine, encre de Chine
technique : estampe
provenance : Japon
datation : XIXe siècle
lieu de conservation : Paris, musée Guimet - musée national des Arts asiatiques
Honmoku au large de Kanagawa
Titre japonais : Kanagawa Oki Honmoku no zu
auteur(s) : Katsushika Hokusai (1760-1849)
dimension : H. 23,3 cm ; L. 35,3 cm
matériaux : Papier
technique : Estampe nishiki-e
provenance : Japon
datation : XIXe siècle
lieu de conservation : Tokyo, Sumida City
Pourquoi « La vague » de Hokusai est-elle si célèbre ?

À la fois très expressive et stylisée, « La vague », comme elle fut surnommée, a tout de suite marqué les artistes et amateurs d’art japonais qui la découvrent à la fin du XIXe siècle. Sobre dans les couleurs (blanc, bleu, un peu de gris), l’estampe mêle des influences occidentales ( bleu de Prusse, perspective) à la représentation d’une nature pleine de vie caractéristique de la religion shinto.

Elle a été reproduite à l’infini, sur des objets décoratifs, dans des revues, et a même servi d’illustration de couverture à la partition originale de La Mer de Debussy.

Un drame en mer ?

Le regard est attiré par une énorme vague en arc de cercle.

Deux bateaux de transport de poisson frais en route pour Edo sont ballottés par une mer démontée dont le bleu profond contraste avec le blanc de l’écume [ détail b ] .

Les hommes, à peine visibles, tentent de gouverner leur embarcation. Au loin, bien centré, le mont Fuji, enneigé, forme un petit triangle se détachant sur un ciel de plomb.

Telles des griffes, les extrémités de la vague [ détail c ] semblent vouloir s’attaquer à la montagne imperturbable, alors que la courbe du bateau de l’arrière-plan souligne la base du mont sacré, comme un doigt pointé [ détail d ].

Finalement, quel est le sujet de l’estampe : cette vague impressionnante, les hommes qui luttent ou le mont Fuji ?

Une première série

L’œuvre appartient à la série des « Trente-six vues du mont Fuji » que Hokusai (1760-1849) réalise entre 1831 et 1834. L’artiste est alors septuagénaire. La série remporte un succès tel que l’artiste et son éditeur Eijudo d’Edo (Tokyo) décident de l’augmenter. Elle comptera quarante-six estampes différentes et connaîtra trois éditions. La première n’exploite que le bleu de Prusse, un peu de gris ou de brun et le blanc du papier, les autres réunissent des estampes de brocart (nishiki-e), c’est-à-dire des œuvres aux couleurs variées [ image 1 ].

Dans les mêmes années, Hokusai crée d’autres séries de paysages sur les cascades, les ponts, la mer, les fleurs, où il utilise abondamment le bleu de Prusse.

Dans la préface des recueils des « Cent vues du mont Fuji » publiés en 1834-1835 [ image 3 ], il écrit que rien de ce qu’il a fait avant ses soixante-dix ans ne mérite que l’on s’y intéressât.

Une couleur étrangère

Le succès des « Trente-six vues du mont Fuji » au Japon tient autant au culte voué à cette montagne qu’à l’emploi du bleu de Prusse. Appelée berorin au Japon, cette couleur chimique, importée de Hollande en 1829, est adoptée par les peintres japonais dès 1830. Si Hokusai n’est pas le premier à l’employer, il contribuera à son succès en l’utilisant largement. Il le fait pour la première fois dans la série des vues du mont Fuji.

Une estampe de paysage

Avant Hokusai, le paysage ne constituait pas un genre à part entière. Si l’artiste lui donne ses lettres de noblesse, il faut cependant noter que l’homme y a sa place et y est représenté dans son quotidien souvent le plus banal.

Point culminant du Japon, le mont Fuji est considéré comme sacré et devint l’emblème national du pays. Chanté par les poètes, il est représenté dans maintes peintures. Hokusai le peint très tôt dans ses estampes [ image 2 ]. Cette montagne restera un sujet de prédilection.

L’eau en mouvement

« La vague » marque une étape dans la représentation de l’eau et de son mouvement que Hokusai étudie dès le début de sa carrière [ image 2 ]. Dans le shinto, montagne, arbre, eau, sont des kami, des esprits de la nature. Ils ont une vie intérieure que Hokusai tente de rendre. Réalisée en 1797, la « Vue d’Enoshima au printemps » montre déjà le mont Fuji à l’horizon associé au ressac de la mer au premier plan [ image 2 ], comme « La vague ». Dans « Honmoku au large de Kanagawa » (1804-1807), la vague, beaucoup plus impressionnante, semble vouloir se refermer sur un navire [ image 4 ] .

Le mouvement de l’eau est remarquablement figuré dans les séries sur les cascades (1833) et la mer (1833-1834). Cependant le dessin le plus abouti reste la représentation de l’eau dans les Hokusai Manga.

Les études hollandaises

Pendant la période d’Edo (1635-1853), le Japon est pratiquement fermé au monde extérieur. Ce protectionnisme presque total, décidé pour protéger le pays de la religion étrangère (christianisme) et des velléités « impérialistes » des Occidentaux, a plusieurs conséquences. Pour rester sous contrôle, les nobles doivent séjourner un an sur deux à Edo, la capitale du shogun, et y laisser leur famille à demeure. La ville se dote de nouveaux quartiers de plaisirs où samouraïs et marchands dépensent leur énergie et leur argent auprès des courtisanes, dans les théâtres ( kabuki) et dans des cercles littéraires. C’est dans ce contexte que naissent de nouvelles techniques d’estampage et que les thèmes se diversifient. À vocation religieuse à l’origine, les estampes deviennent d’abord populaires puis de plus en plus chères.

Durant cette période, le Japon n’autorise le commerce qu’avec les Chinois et, parmi les Occidentaux, les seuls Hollandais. C’est à travers ces commerçants que circulent des objets manufacturés (longue-vue, armes à feu…), des ouvrages scientifiques, des gravures… Comme d’autres artistes, Hokusai s’intéresse aux études hollandaises. Dans nombre de ses œuvres, il tente d’intégrer la perspective, le clair-obscur, mais aussi l’idée de cadre et l’écriture horizontale [ image 4 ] .

Hokusai et le japonisme

En 1853, le Japon s’ouvre à l’Occident et révèle sa culture lors des expositions universelles (1861 à Londres, 1867 et 1878 à Paris). Le japonisme naît de cette découverte d’un art qu’on confondait avec celui de la Chine. Les objets arrivent dans des caisses bourrées de papiers de rebut – en fait des livres bon marché et des estampes. Parmi elles, des œuvres de Hokusai, Utamaro, Hiroshige… Très vite, on se les arrache, et elles servent à illustrer des romans et des magazines. En 1896, aidé du jeune marchand et collectionneur japonais Hayashi Tadamasa, Edmond de Goncourt publie la première biographie de Hokusai. Réalisé un peu plus de quarante ans après la mort de l’artiste, cet ouvrage de fond reste une référence.

Marie-Chistine Duflos

Permalien : http://panoramadelart.com/vague-hokusai1

Publié le 01/12/2014

haut de page

ressources internet

  1. Bleu de Prusse
    http://www.peinturelaurentide.com/fr/couleur_en_theorie/histoire/le_bleu_de_prus
  2. Le mont Fuji et la culture japonaise
    http://www.nippon.com/fr/currents/d00021/
  3. La mer de Debussy
    http://www.ac-caen.fr/ia50/circo/actionculturelle/artsduson/oeuvres_mois/09-10_D
  4. L’estampe japonaise à la BNF
    http://expositions.bnf.fr/japonaises/fuji/album.html
  5. Jouez avec Hokusai
    http://jeunepublic.grandpalais.fr/7-diff%C3%A9rences-hokusai
  6. Coloriez avec Hokusai
    http://jeunepublic.grandpalais.fr/dessin/colorie-avec-hokusai/
  7. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Bleu de Prusse :
Couleur chimique (ferrocyanure ferrique) d’un bleu profond découverte accidentellement par J. J. Diesbach à Berlin vers 1706 et qui fut employée en peinture dès 1709. Il est introduit par les Hollandais au Japon en 1829.
Éditeur :
Une estampe est toujours un travail d’équipe. L’éditeur d’estampes en est le diffuseur et souvent le commanditaire. Responsable de l’impression, il choisit le dessinateur, le ou les graveurs sur bois, l’imprimeur, le papier… Il est à l’origine des progrès techniques comme de l’élargissement des applications et des sujets de l’estampe. Certains éditeurs comme Eijudo ou Tsutaya Juzaburo (1750-1797) furent célèbres en leur temps.   
Edo :
Ancien nom de Tokyo. La ville était le lieu de résidence des shoguns et la capitale administrative du Japon, alors que Kyoto était la capitale impériale. Elle a donné son nom à la période de gouvernement des Tokugawa (1603-1868) et à l’art qui s’est développé dans ses quartiers de plaisirs, foyers d’une intense vie culturelle et artistique.
Estampage :
Façonnage, par déformation plastique, d’un morceau de métal (lopin) à l’aide d’outillage (matrice) permettant de lui donner une forme et des dimensions très proches de celles de la pièce finie. Tout procédé qui consiste à imprimer en creux ou en relief des lettres, des ornements, des figures sur un corps résistant, ou à découper certains objets, à percer des trous dans les métaux.
Estampe :
Images obtenues sur un support papier par impression d’une planche de bois gravée (xylographie) ou d’une plaque de métal, voire d’une pierre dessinée (lithographie). La plaque de métal peut être travaillée selon différents procédés, mécanique (burin) ou chimique (eau-forte), qui définissent plusieurs types de gravure.
Études hollandaises (« rangaku ») :
Nom donné aux connaissances ayant pénétré au Japon à travers les livres importés par les Hollandais, seuls Occidentaux autorisés à commercer avec eux, ce à partir de l’îlot de Deshima situé au large de Nagasaki.
Hokusai Manga :
Séries de manuels de croquis de Hokusai destinés à servir de modèles à ses élèves et/ou à des artisans. Les premiers recueils de modèles pour apprentis de Hokusai sont édités en 1810, alors qu’il a cinquante ans. Il s’attache à cette production pendant une quinzaine d’années. Véritable encyclopédie, la série la plus célèbre comporte plus de 4 000 dessins en quinze volumes dont trois ont été publiés après sa mort.
Kabuki :
Théâtre chanté et dansé qui aurait été créé en 1603 par O kuni, prêtresse et danseuse du temple d’Izumo. Ce théâtre est interdit aux femmes en 1629, et, à partir de 1652, les rôles féminins sont tenus par des hommes (« onnagata »). Installés dans les quartiers de plaisirs, les théâtres étaient très prisés, et les acteurs – de véritables idoles – ont constitué des dynasties qui perdurent jusqu’à nos jours.
Kami :
Esprits de la nature et des ancêtres. Voir « shinto ».
Mont Fuji :
Point culminant du Japon (3 776 m), le mont Fuji est un stratovolcan qui appartient à la ceinture de feu du Pacifique. Il est situé sur l’île de Honshu, au sud-ouest de Tokyo. Son profil remarquable a inspiré les poètes et les peintres japonais. La plus ancienne représentation connue date du XIe siècle.
Nishiki-e (« estampe de brocart ») :
Technique d’estampage en couleurs produisant des effets de brocart. Mis au point en 1764 par le dessinateur Harunobu (1724-1770) avec l’aide du graveur Kinroku, le procédé atteint la perfection en 1790.
Shinto :
Religion animiste traditionnelle japonaise fondée sur la croyance dans les esprits de la nature et des défunts, les « kami ».   
Shogun :
Généralissime. Titre accordé en 1603 à Tokugawa Ieyasu (1543-1616) par l’empereur. Le pouvoir shogunal resta entre les mains de la famille Tokugawa jusqu’en 1868. Ils établirent un gouvernement militaire (le bakufu) dont le siège était à Edo.   
Ukiyo-e (« image du monde flottant ») :
Apparu vers 1860, le terme désigne le courant de peinture réaliste né dans les quartiers de plaisirs d’Edo. Il dérive d’une tradition bouddhique pour laquelle « ukiyo » (« monde flottant ») évoque le côté fugitif, éphémère des plaisirs terrestres. Cette école, méprisée par l’aristocratie, finit par s’imposer parmi les seigneurs (daimyo).
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers