Buste d’Akhénaton | Panorama de l'art



Buste d’Akhénaton Fragment d’un pilier osiriaque

Buste d’Akhénaton. Fragment d’un pilier osiriaque. Provient du temple de Karnak, à Louxor (Égypte). Vers 1350 av. J.-C., sculpture et peinture (grès, pigments), 135 × 87 × 49 cm. Paris, musée du Louvre (E 27112)
  • Buste d’Akhénatona
  • Buste d’Akhénatonb
  • Buste d’Akhénatonc
  • Les Colosses brisés, Ramesseum1
  • Néfertiti debout2
  • Papyrus funéraire3
  • Akhénaton, Néfertiti et trois de leurs filles sous le soleil radiant4
  • Akhénaton et Néfertiti5
  • Carte géographique - Carte de l'Egypte6
  • Carte géographique - Carte de l'Egypte dans le monde7
Buste d’Akhénaton
Fragment d’un pilier osiriaque
dimension : H. 135 cm ; L. 87 cm ; P. 49 cm
matériaux : grès, pigments
technique : sculpture
provenance : Égypte, Louxor, temple de Karnak
datation : vers 1350 av. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Buste d’Akhénaton. Fragment d’un pilier osiriaque. Provient du temple de Karnak, à Louxor (Égypte). Vers 1350 av. J.-C., sculpture et peinture (grès, pigments), 135 × 87 × 49 cm. Paris, musée du Louvre (E 27112)
Buste d’Akhénaton
Fragment d’un pilier osiriaque
dimension : H. 135 cm ; L. 87 cm ; P. 49 cm
matériaux : grès, pigments
technique : sculpture
provenance : Égypte, Louxor, temple de Karnak
datation : vers 1350 av. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Buste d’Akhénaton. Fragment d’un pilier osiriaque. Détail du visage. Provient du temple de Karnak, à Louxor (Égypte). Vers 1350 av. J.-C., sculpture et peinture (grès, pigments), 135 × 87 × 49 cm. Paris, musée du Louvre (E 27112)
Buste d’Akhénaton
Fragment d’un pilier osiriaque. Détail du visage
dimension : H. 135 cm ; L. 87 cm ; P. 49 cm
matériaux : grès, pigments
technique : sculpture
provenance : Égypte, Louxor, temple de Karnak
datation : vers 1350 av. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Buste d’Akhénaton. Fragment d’un pilier osiriaque. Détail des cartouches sur le buste et le poignet. Provient du temple de Karnak, à Louxor (Égypte). Vers 1350 av. J.-C., sculpture et peinture (grès, pigments), 135 × 87 × 49 cm. Paris, musée du Louvre (E 27112)
Buste d’Akhénaton
Fragment d’un pilier osiriaque. Détail des cartouches sur le buste et le poignet
dimension : H. 135 cm ; L. 87 cm ; P. 49 cm
matériaux : grès, pigments
technique : sculpture
provenance : Égypte, Louxor, temple de Karnak
datation : vers 1350 av. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Émile Béchard (actif de 1870 à 1880), Les Colosses brisés, Ramesseum. 1887, collotypie (épreuve photomécanique), 28,7 × 37,5 cm. Paris, musée d’Orsay (PHO 1986 139 100)
Les Colosses brisés, Ramesseum
auteur(s) : Émile Béchard (actif de 1870 à 1880)
dimension : H. 28,7 cm ; L. 37,5 cm
matériaux : épreuve photomécanique
technique : collotypie
datation : 1887
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Néfertiti debout. Provient du site de Tell el-Amarna (Égypte). Vers 1350 av. J.-C., sculpture et peinture (calcaire, pigments), 40,5 × 8 × 17 cm. Allemagne, Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung (ÄM 21263)
Néfertiti debout
dimension : H. 40,5 cm ; L. 8 cm ; P. 17 cm
matériaux : calcaire, pigments
technique : sculpture
provenance : Égypte, site de Tell el-Amarna
datation : vers 1350 av. J.-C.
lieu de conservation : Allemagne, Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung
Papyrus funéraire. Détail de la barque de Rê-Horakhty, le Soleil Levant. Provient d’Égypte. Nouvel Empire (1552-1069 av. J.-C.), peinture et dessin (papyrus, pigments), 34 × 890 cm. Paris, musée du Louvre (N 3073)
Papyrus funéraire
Détail de la barque de Rê-Horakhty, le Soleil Levant
dimension : H. 34 cm ; L. 890 cm
matériaux : papyrus, pigments
technique : peinture
provenance : Égypte
datation : Nouvel Empire (1552-1069 av. J.-C.)
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Akhénaton, Néfertiti et trois de leurs filles sous le soleil radiant. Provient du site de Tell el-Amarna (Égypte). Vers 1345 av. J.-C., sculpture (calcaire), 33,5 × 39,5 × 3,5 cm. Allemagne, Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung (ÄM 14145)
Akhénaton, Néfertiti et trois de leurs filles sous le soleil radiant
dimension : H. 33,5 cm ; L. 39,5 cm ; P. 3,5 cm
matériaux : calcaire
technique : sculpture
provenance : Égypte, site de Tell el-Amarna
datation : vers 1345 av. J.-C.
lieu de conservation : Allemagne, Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung
Statue de couple. Akhénaton et Néfertiti. Provient du site de Tell el-Amarna (Égypte) [?]. Après 1345 av. J.-C., sculpture et peinture (calcaire, pigments), 22,4 × 11,2 × 9,8 cm. Paris, musée du Louvre (E 15593)
Akhénaton et Néfertiti
dimension : https://www.photo.rmn.fr/archive/13-567619-2C6NU06VMZ0H.html
matériaux : calcaire, pigments
technique : sculpture, peinture
provenance : Égypte, site de Tell el-Amarna [?]
datation : après 1345 av. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Carte géographique - Carte de l'Egypte dans le monde
Carte géographique - Carte de l'Egypte dans le monde
Qui est Akhénaton ? Pourquoi sa représentation est-elle si différente de celles des autres pharaons ?

Ce colosse fragmentaire en grès peint image principale, daté des environs de 1350 av. J.-C., représente Aménophis IV, dit Akhénaton, dixième pharaon de la XVIIIe dynastie. Provenant du temple de Karnak, à Louxor (ancienne Thèbes) image 6 image 7, il a été offert par le gouvernement égyptien à la France en remerciement de son aide pour la sauvegarde des monuments de Nubie en 1972.

Akhénaton et la période amarnienne

Lorsqu’Aménophis IV, fils d’Aménophis III et de Tiyi, monte sur le trône, la capitale de l’Empire est Thèbes, et le dieu tutélaire Amon.

Durant la quatrième année de son règne, le nouveau pharaon impose une nouvelle pensée politique et religieuse : il instaure un culte exclusif au dieu solaire Aton et fait proscrire le culte des dieux traditionnels, bouleversant ainsi le polythéisme connu en Égypte. Il se fait désormais appeler Akhénaton (« celui qui est bénéfique à Aton »). Dans le même temps, il déménage la capitale politique à Akhetaton (« horizon d’Aton ») aujourd’hui Tell el-Amarna image 6.

C’est le début de la période amarnienne, qui prend forme durant les dix-sept années de son règne. Cette nouvelle idéologie officielle trouve très rapidement une traduction artistique adaptée, très différente de l’art égyptien traditionnel.

Un art outrancier

Le royal colosse aujourd’hui conservé au musée du Louvre est fragmentaire : seuls le visage et quelques morceaux du buste réassemblés nous sont parvenus. À l’origine, il faisait partie d’un ensemble de piliers osiriaques image 1, conservés au musée égyptien du Caire, érigés durant les premières années du règne d’Akhénaton dans un édifice bâti à l’est du temple de Karnak.

Le pharaon est représenté avec les deux sceptres royaux, , dont il ne subsiste que les manches, et une barbe postiche très longue. Son visage image b est étroit et étiré en hauteur. Les yeux en amande sont protubérants, les paupières lourdes. La bouche est charnue, presque hypertrophiée, et le menton excessivement allongé.

Akhénaton est ici représenté selon le nouveau canon de beauté caractéristique de la période amarnienne, qui diffère radicalement de l’art classique égyptien et dont le pharaon est le seul représentant. Il n’est plus question de figurer le souverain en tout état de puissance et de force, mais d’accentuer les déformations. Ce nouveau canon de beauté se retrouve dans les représentations de la famille royale : ainsi, une statuette figurant Néfertiti image 2, épouse d’Akhénaton, montre les mêmes déformations, qui s’étendent au crâne particulièrement étiré en arrière et au ventre bedonnant.

Aton ou Rê-Horakhty ?

Les cartouches image c visibles sur le torse et le poignet du colosse ne contiennent pas le nom d’Akhénaton, mais celui de Rê-Horakhty, le faucon solaire, créateur de l’univers et fondateur de la royauté image 3. Ce dieu en forme de faucon est le premier aspect d’Aton. Plus tard, Aton prend l’aspect d’un disque solaire dont les rayons, terminés par des mains, apportent la vie image 4.

Une révolution artistique énigmatique

Les sculpteurs de l’art classique égyptien ne cherchaient pas à réaliser un portrait ressemblant du souverain, mais une image idéalisée pour la postérité. L’art amarnien rompt radicalement avec cette tradition : le colosse ici présenté ne montre pas un pharaon dans toute sa puissance, mais une figure difforme.

Par ailleurs, les autres représentations du pharaon sont intégrés à des scènes familiales image 4, ce qui n’avait jamais été réalisé auparavant.

L’art amarnien, outrancier dans les premières années, s’assagit dans sa seconde phase : le pharaon n’est plus aussi disproportionné, ne conservant qu’un ventre bedonnant image 5.

Émilie Declercq

Permalien : https://panoramadelart.com/Akh%C3%A9naton-buste-louvre

Publié le 27/10/2021

haut de page

ressources internet

  1. La notice de l’œuvre sur le site des collections du musée du Louvre
    https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010003776
  2. L’article de l’"Encyclopédie Larousse" sur Akhénaton
    https://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Am%C3%A9nophis_IV_qui_prit_le_no
  3. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Cartouche :
Rectangle aux angles arrondis contenant le nom du pharaon en hiéroglyphes.
Heqa et Nekhakha :
Les deux sceptres royaux du pharaon, le premier en forme de crochet, le second de fouet ou de chasse-mouches.
Pilier osiriaque :
Se dit d’une sculpture adossée à un pilier, représentant le pharaon sous la forme du dieu Osiris selon un aspect momiforme, les bras croisés sur la poitrine, tenant les sceptres royaux.
haut de page


laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !



* Vos données sont destinées à la Rmn-Grand Palais, qui en est le responsable de traitement. Elles sont nécessaires pour traiter votre demande de publication de commentaire. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la Rmn-Grand Palais impliqués dans de la publication de vos commentaires.
Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr.
Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données en cliquant ici.