Étendard royal d’Ur | Panorama de l'art

  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle
  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle


Étendard royal d’Ur

Étendard royal d’Ur. Provient du cimetière royal d’Ur, en Irak. Vers 2600 av. J.-C., mosaïque (bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume), 21,7-22 × 50,4 × 5,6-11,6 cm. Royaume-Uni, Londres, British Museum
  • Étendard royal d’Ura
  • Étendard royal d’Urb
  • Étendard royal d’Urc
  • Étendard royal d’Urd
  • Étendard royal d’Ure
  • Étendard royal d’Urf
  • Sir Leonard Woolley à Ur1
  • La Ville d’Ur, dans le Sud de l’Irak, en 2000 av. J.-C.2
  • Frise d’un panneau de mosaïque3
  • Rêne de cheval4
  • Harpe5
  • Carte de la Mésopotamie6
Étendard royal d’Ur
dimension : H. 21,7-22 cm ; L. 50,4 cm ; P. 5,6-11,6 cm
matériaux : bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume
technique : mosaïque
provenance : Irak, Ur, cimetière royal
datation : vers 2600 av. J.-C.
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur. Provient du cimetière royal d’Ur, en Irak. Vers 2600 av. J.-C., mosaïque (bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume), 21,7-22 × 50,4 × 5,6-11,6 cm. Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur
dimension : H. 21,7-22 cm ; L. 50,4 cm ; P. 5,6-11,6 cm
matériaux : bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume
technique : mosaïque
provenance : Irak, Ur, cimetière royal
datation : vers 2600 av. J.-C.
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur (face de la Guerre). Provient du cimetière royal d’Ur, en Irak. Vers 2600 av. J.-C., mosaïque (bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume), 21,7-22 × 50,4 × 5,6-11,6 cm. Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur
Face de la Guerre
dimension : H. 21,7-22 cm ; L. 50,4 cm ; P. 5,6-11,6 cm
matériaux : bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume
technique : mosaïque
provenance : Irak, Ur, cimetière royal
datation : vers 2600 av. J.-C.
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur (face de la Guerre). Provient du cimetière royal d’Ur, en Irak. Vers 2600 av. J.-C., mosaïque (bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume), 21,7-22 × 50,4 × 5,6-11,6 cm. Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur
Face de la Guerre
dimension : H. 21,7-22 cm ; L. 50,4 cm ; P. 5,6-11,6 cm
matériaux : bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume
technique : mosaïque
provenance : Irak, Ur, cimetière royal
datation : vers 2600 av. J.-C.
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur (face de la Guerre, détail de la frise de chars). Provient du cimetière royal d’Ur, en Irak. Vers 2600 av. J.-C., mosaïque (bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume), 21,7-22 × 50,4 × 5,6-11,6 cm. Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur
Face de la Guerre, détail de la frise de chars
dimension : H. 21,7-22 cm ; L. 50,4 cm ; P. 5,6-11,6 cm
matériaux : bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume
technique : mosaïque
provenance : Irak, Ur, cimetière royal
datation : vers 2600 av. J.-C
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur (face de la Paix, détail d’un convive, du musicien et du chanteur). Provient du cimetière royal d’Ur, en Irak. Vers 2600 av. J.-C., mosaïque (bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume), 21,7-22 × 50,4 × 5,6-11,6 cm. Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur
Face de la Paix, détail d’un convive, du musicien et du chanteur
dimension : H. 21,7-22 cm ; L. 50,4 cm ; P. 5,6-11,6 cm
matériaux : bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume
technique : mosaïque
provenance : Irak, Ur, cimetière royal
datation : vers 2600 av. J.-C.
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur (face de la Paix, détail du lougal et de deux serviteurs). Provient du cimetière royal d’Ur, en Irak. Vers 2600 av. J.-C., mosaïque (bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume), 21,7-22 × 50,4 × 5,6-11,6 cm. Royaume-Uni, Londres, British Museum
Étendard royal d’Ur
Face de la Paix, détail du lougal et de deux serviteurs
dimension : H. 21,7-22 cm ; L. 50,4 cm ; P. 5,6-11,6 cm
matériaux : bois, nacre, calcaire rouge, lapis-lazuli, bitume
technique : mosaïque
provenance : Irak, Ur, cimetière royal
datation : vers 2600 av. J.-C.
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Sir Leonard Woolley à Ur. 1930-1931, photographie. Royaume-Uni, Londres, British Museum
Sir Leonard Woolley à Ur
technique : photographie
datation : 1930-1931
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Balage Balogh, La Ville d’Ur, dans le Sud de l’Irak, en 2000 av. J.-C. (The City of Ur, Southern Iraq, 2000 BC). XXe siècle, peinture. États-Unis d’Amérique, collection Balogh
La Ville d’Ur, dans le Sud de l’Irak, en 2000 av. J.-C.
auteur(s) : Balage Balogh
technique : peinture
datation : XXe siècle
lieu de conservation : États-Unis d’Amérique, collection Balogh
Frise d’un panneau de mosaïque. Provient du temple d’Ishtar à Mari, en Syrie. Vers 2500-2400 av. J.-C., mosaïque (coquille, schiste), 53,6 × 72 cm. Paris, musée du Louvre
Frise d’un panneau de mosaïque
dimension : H. 53,6 cm ; L. 72 cm
matériaux : coquille, schiste
technique : mosaïque
provenance : Syrie, Mari, temple d’Ishtar
datation : vers 2500-2400 av. J.-C.
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Rêne de cheval (partie du harnachement). Provient du cimetière royal d’Ur, en Irak. IIIe millénaire av. J.-C., métallurgie (argent, électrum), 13,5 × 10 × 5,7 cm. Royaume-Uni, Londres, British Museum
Rêne de cheval
Partie du harnachement
dimension : H. 13,5 cm ; L. 10 cm ; P. 5,7 cm
matériaux : argent, électrum
technique : métallurgie
provenance : Irak, Ur, cimetière royal
datation : IIIe millénaire av. J.-C.
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Harpe. Provient de tombeau de la reine Puabli, dans le cimetière royal d’Ur, en Irak. Vers 2600 av. J.-C., bois, lapis-lazuli, calcaire rouge, bitume, or, nacre, 112,5 × 73 × 7 cm. Royaume-Uni, Londres, British Museum
Harpe
dimension : H. 112,5 cm ; L. 73 cm ; P. 7 cm
matériaux : bois, lapis-lazuli, calcaire rouge, bitume, or, nacre
provenance : Irak, Ur, cimetière royal, tombeau de la reine Puabi
datation : vers 2600 av. J.-C.
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
Quelle était la fonction de cet objet ? Que nous apprend-il sur la civilisation sumérienne ?

Aujourd’hui conservé au British Museum, à Londres, cet objet image principale a été découvert entre 1927 et 1928 par sir Leonard Woolley image 1, lors des fouilles archéologiques du cimetière royal de la cité d’Ur (actuelle Tell al-Muqayyar, en Irak) image 6. Ce véritable trésor de la civilisation sumérienne nous livre un impressionnant témoignage de l’art de la mosaïque d’incrustation sur bois du IIIe millénaire avant notre ère.

La cité royale d’Ur

La civilisation sumérienne naît au IVe millénaire avant notre ère, dans la partie méridionale de la Mésopotamie antique (actuel Irak). Elle développe la première organisation politique, les Cités-États, et invente l’un des premiers systèmes d’écriture, le cunéiforme.

Durant la période dite des Dynasties archaïques (environ 2900-2340 av. J.-C.), la Basse Mésopotamie est composée de plusieurs Cités-États. L’une des plus puissantes est la cité royale d’Ur image 2, dans le cimetière de laquelle cet objet a été découvert.

La guerre et la paix

Sorte de pupitre en bois, l’étendard d’Ur est composé de quatre faces. Les deux plus petites, de forme trapézoïdale, sont en mauvais état de conservation. Les deux autres, communément appelées face de la Guerre et face de la Paix, sont rectangulaires ; elles présentent chacune trois registres, séparés les uns des autres par une frise de losanges incrustés et se lisant de bas en haut et de gauche à droite.

Sur la face de la Guerre image b, le registre inférieur montre quatre chars attelés à des équidés, transportant chacun un conducteur à l’avant et un soldat à l’arrière, écrasant l’ennemi image d. Le registre médian présente quant à lui l’infanterie lourde en action : les fantassins, portant des casques et de lourdes capes clouées, pointent leurs piques vers des prisonniers dénudés. Enfin, le troisième registre se démarque des autres car la lecture converge vers le personnage central, plus grand que les autres : le lugal vainqueur. À sa droite se tiennent des prisonniers et, à sa gauche, des membres de la Cour, dont deux serviteurs gardant son char.

Sur la face de la Paix image c, les deux registres inférieurs représentent un défilé d’hommes et d’animaux divers, accompagnés d’orants. Le registre supérieur montre quant à lui une scène de banquet : à l’extrême droite se trouve un homme jouant de la lyre à caisse de résonance et, derrière lui, un chanteur debout image e. Des convives, assis sur des tabourets et tenant chacun un gobelet, sont tournés vers le lugal portant le kaunakès image f.

Une signification imprécise et une fonction inconnue

On ignore si cet ensemble de scènes fait référence à un événement historique précis. L’opinion la plus couramment admise propose d’y voir la représentation d’une guerre (malheureusement non identifiée aujourd’hui) et du banquet qui s’ensuivit. Une autre hypothèse présente l’étendard comme un témoignage symbolique des deux principales fonctions du roi sumérien : défenseur de la cité et roi-prêtre. Cet objet aurait alors joué un rôle dans la propagande royale. Couplée aux objets archéologiques exhumés à Ur image 4, l’iconographie de l’étendard nous apporte de précieux détails sur la place du char et de l’infanterie lourde dans les guerres sumériennes.

Aujourd’hui, après une considérable restauration, la véritable fonction de cet objet reste inconnue. Il a été retrouvé près de l’épaule du défunt qu’il accompagnait, d’où son identification comme un étendard qui aurait été monté sur un mât. Depuis, cette hypothèse a été écartée. Pour certains, il pourrait s’agir de la caisse de résonance d’un instrument de musique ; des lyres ont en effet été découvertes dans les tombes des souverains d’Ur image 5.

L’art de la mosaïque d’incrustation

Sur l’étendard d’Ur, l’abondance de détails, parfois de taille minuscule, illustre parfaitement la haute compétence atteinte par les mosaïstes des ateliers d’Ur. Les divers motifs, découpés dans de la nacre ou dans du calcaire rouge, comme pour les taureaux et les chars, ont été insérés dans un fond d’éclats de lapis-lazuli. Tous les éléments ont ensuite été collés avec du bitume sur le cadre de bois.

Véritables prouesses artisanales, les panneaux de bois à frises de mosaïques incrustées étaient très prisés en Mésopotamie. On connaît aujourd’hui d’autres frises que celle d’Ur, malheureusement incomplètes, découvertes sur le site de Mari image 3image 6.

Reconsitution de la cité-Etat d'Ur

Émilie Declercq

Permalien : https://panoramadelart.com/etendard-ur-mesopotamie-sumer

Publié le 16/11/2021

haut de page

ressources internet

  1. L’article de l’encyclopédie Larousse sur la civilisation sumérienne
    https://www.larousse.fr/encyclopedie/autre-region/Sumer/145506
  2. L’article de l’encyclopédie Larousse sur la cité d’Ur
    https://www.larousse.fr/encyclopedie/ville/Our/136594
  3. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Kaunakès :
Jupe à longues mèches imitant les poils d’animaux caractéristique de la Mésopotamie.
Lugal :
Titre porté par le roi sumérien.
Mésopotamie :
« Le pays entre les fleuves ». Nom donné par les Grecs dans l’Antiquité à la plaine située entre le Tigre et l’Euphrate. Cette région correspond à l’Irak et à une partie de la Syrie actuels.
Mosaïque :
Art qui consiste à réaliser de grands panneaux décoratifs, à l’aide d’une multitude de petits cubes (tesselles) de divers matériaux (pierre, céramique, verre) et de diverses couleurs, disposés sur un enduit. C’est un décor privilégié sur les sols et les murs des grands édifices publics et des riches demeures.
Orant :
Personnage représenté en prière.
Sumériens :
Peuple de l’Antiquité habitant le pays de Sumer, dans le sud de l’actuel Irak. À la fin du IVe millénaire av. J.-C., les Sumériens inventent l’écriture cunéiforme et fondent les premières villes, dirigées par un roi qui cumule les fonctions politique, religieuse et militaire.
haut de page


laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !



* Vos données sont destinées à la Rmn-Grand Palais, qui en est le responsable de traitement. Elles sont nécessaires pour traiter votre demande de publication de commentaire. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la Rmn-Grand Palais impliqués dans de la publication de vos commentaires.
Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr.
Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données en cliquant ici.