L’Inondation à Port-Marly | Panorama de l'art

  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle
  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle


L’Inondation à Port-Marly Alfred Sisley (1839-1899)

Alfred Sisley (1839-1899), L’Inondation à Port-Marly. 1876, peinture (huile sur toile), 60 × 81 cm. Paris, musée d’Orsay
  • L’Inondation à Port-Marlya
  • L’Inondation à Port-Marlyb
  • L’Inondation à Port-Marlyc
  • L’Inondation à Port-Marlyd
  • L’Inondation de Saint-Cloud1
  • Les Glaçons2
  • L’Inondation à Port-Marly3
  • Les Nymphéas : Reflets verts4
L’Inondation à Port-Marly
auteur(s) : Alfred Sisley (1839-1899)
dimension : H. 60 cm ; L. 81 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1876
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Alfred Sisley (1839-1899), L’Inondation à Port-Marly. 1876, peinture (huile sur toile), 60 × 81 cm. Paris, musée d’Orsay
L’Inondation à Port-Marly
auteur(s) : Alfred Sisley (1839-1899)
dimension : H. 60 cm ; L. 81 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1876
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Alfred Sisley (1839-1899), L’Inondation à Port-Marly. Détail de la maison du marchand de vin. 1876, peinture (huile sur toile), 60 × 81 cm. Paris, musée d’Orsay
L’Inondation à Port-Marly
Détail de la maison du marchand de vin
auteur(s) : Alfred Sisley (1839-1899)
dimension : H. 60 cm ; L. 81 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1878
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Alfred Sisley (1839-1899), L’Inondation à Port-Marly. Détail du ciel nuageux et des barques. 1876, peinture (huile sur toile), 60 × 81 cm. Paris, musée d’Orsay
L’Inondation à Port-Marly
Détail du ciel nuageux et des barques
auteur(s) : Alfred Sisley (1839-1899)
dimension : H. 60 cm ; L. 81 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1878
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Alfred Sisley (1839-1899), L’Inondation à Port-Marly. 1876, peinture (huile sur toile), 60 × 81 cm. Paris, musée d’Orsay
L’Inondation à Port-Marly
Détail des arbres et des poteaux de la berge inondée
auteur(s) : Alfred Sisley (1839-1899)
dimension : H. 60 cm ; L. 81 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1878
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Paul Huet (1803-1869), L’Inondation de Saint-Cloud. Vers 1855, peinture (huile sur toile), 203 × 300 cm. Paris, musée du Louvre
L’Inondation de Saint-Cloud
auteur(s) : Paul Huet (1803-1869)
dimension : H. 203 cm ; L. 300 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : vers 1855
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Claude Monet (1840-1926), Les Glaçons (Débâcle sur la Seine). 1880, peinture (huile sur toile), 60,5 × 99,5 cm. Paris, musée d’Orsay
Les Glaçons
Débâcle sur la Seine
auteur(s) : Claude Monet (1840-1926)
dimension : H. 60,5 cm ; L. 99,5 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1880
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Alfred Sisley (1839-1899), L’Inondation à Port-Marly. 1876, peinture (huile sur toile), 50,5 × 61 cm. Rouen, musée des Beaux-Arts
L’Inondation à Port-Marly
auteur(s) : Alfred Sisley (1839-1899)
dimension : H. 50,5 cm ; L. 61 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1876
lieu de conservation : Rouen, musée des Beaux-Arts
Claude Monet (1840-1926), Les Nymphéas : Reflets verts. Vers 1915-1926, peinture (huile sur toile), 200 × 850 cm. Paris, musée de l’Orangerie
Les Nymphéas : Reflets verts
auteur(s) : Claude Monet (1840-1926)
dimension : H. 200 cm ; L. 850 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : vers 1915-1926
lieu de conservation : Paris, musée de l’Orangerie
Un artiste doit-il se consacrer entièrement à son œuvre, quitte à vivre dans la misère ? Doit-il, pour sauver son travail, réaliser également des œuvres plus adaptées au goût du public ?

Né à Paris en 1839, Alfred Sisley est un artiste d’origine britannique dont les parents, anglais, se sont installés dans la capitale française pour affaires.

Après un apprentissage à Londres, où il admire les œuvres de John Constable et de Turner, il décide de se consacrer à la peinture. De retour à Paris, il s’inscrit en 1862 à l’atelier de Charles Gleyre, où il rencontre Frédéric Bazille, Claude Monet et Auguste Renoir et se rallie au mouvement impressionniste naissant.

Les quatre jeunes gens commencent à pratiquer la peinture en plein air. Sisley se révèle un paysagiste très sensible aux variations météorologiques, au passage des saisons. Il aime peindre sur le motif les environs de Paris et les berges de la Seine. C’est non de chez lui, à Marly-le-Roi, qu’il peint cette Inondation à Port-Marly image principale.

 

Sisley et Port-Marly

Port-Marly est un petit village des bords de Seine, une région que Sisley affectionne particulièrement et dont le charme est vanté depuis plusieurs années, notamment par un guide publié à l’occasion de l’Exposition universelle de 1867. Le peintre en fera le sujet de nombreuses toiles image 3, dont certaines sont présentées dès la première exposition impressionniste en 1874.

En 1876, la crue de la Seine offre à Sisley un exceptionnel sujet de travail sur le motif qu’il chérit tant : l’eau et ses reflets éphémères.

 

Une représentation en série

L’artiste, qui avait déjà décrit l’inondation de la Seine en 1872  réalise à l’occasion de la crue de 1876 six toiles les unes à la suite des autres image 3. Le tableau conservé au musée d’Orsay image principale, dont une radiographie a montré qu’il a été exécuté sans aucune reprise, à l’aide d’une petite brosse, est considéré comme le chef-d’œuvre de cette série.

L’Inondation à Port-Marly présente, d’un côté, la maison d’un marchand de vin, dont la façade porte l’inscription « À St Nicolas » image b, et, de l’autre, les poteaux et arbres qui ponctuent la berge inondée image d. Au centre, sous un ciel nuageux, des barques et quelques personnages animent la composition image c.

L’eau recouvre tout. Le peintre brosse la surface liquide en larges touches de couleurs appliquées à l’horizontale, accentuant ainsi l’ampleur de l’inondation qui envahit l’espace du tableau.

L’artiste traite l’ensemble de sa toile dans des teintes claires qui produisent un effet de sérénité. Aucun drame ne se joue ici. Dans ce jeu de reflets, l’œuvre semble plus proche d’une vue de Venise que de la représentation d’une catastrophe météorologique.

 

L’inondation, un thème inspirant

Le thème de l’inondation, qui continuera d’intéresser Sisley jusque dans ses dernières années, inspire de nombreux autres peintres. Le plus souvent, il leur permet d’exprimer des émotions où, dans une vision romantique, les tourments de l’âme trouvent un écho face aux débordements de la nature. L’Inondation de Saint-Cloud image 1 de Paul Huet, présentée à l’Exposition universelle de 1855, est caractéristique de cette approche.

Monet peint lui aussi de nombreuses toiles sur le thème de l’eau, qui le fascine dès le début de sa carrière. Dans des compositions aux couleurs claires, il traduit en petites touches colorées, rapidement posées, ce qu’il observe face à l’élément liquide. À partir des années 1880, cette vision impressionniste évolue vers une version plus intériorisée. À la différence de Sisley, Monet exprime ses sentiments à travers une matière picturale de plus en plus épaisse, travaillée avec force. Chez lui, dans ce nouvel univers aquatique des Débâcles image 2 (et bientôt des Nymphéas image 4), l’absence de tout personnage, de toute référence au monde humain suggère la solitude de l’artiste face à son œuvre. Sisley, lui, offre une vision simple et paisible d’un lieu qu’il aime.

 

Un artiste peu reconnu de son vivant

Paysagiste avant tout, Sisley participe aux trois premières expositions impressionnistes qui, comme ses expositions personnelles, ne lui apportent aucun succès. Cet homme réservé vend relativement peu de toiles et à bas prix, voire aucune lors de sa dernière rétrospective en 1897, malgré l’intérêt et le soutien du marchand d’art Paul Durand-Ruel. Malade et sans reconnaissance, il décède à Moret-sur-Loing en 1899.

Quelques jours avant la mort du peintre, Camille Pissarro écrit ces mots à son fils Lucien : « Sisley, dit-on, est fort gravement malade. Celui-là est un bel et grand artiste. Je suis d’avis que c’est un maître égal aux plus grands. J’ai revu des œuvres de lui d’une ampleur et d’une beauté rare, entre autres une Inondation qui est un chef-d’œuvre. »

L’Inondation à Port-Marly est l’une des premières œuvres de Sisley à susciter de fortes enchères. Alors qu’elle avait été vendue par l’artiste 180  francs, elle est acquise en mars 1900 par le comte Isaac de Camondo pour la somme, importante à l’époque, de 43 000 francs. Ce dernier la lègue ensuite à l’État, et la toile entre dans les collections du musée du Louvre en 1911.

Véronique Duprat-Roumier

Permalien : https://panoramadelart.com/inondation-port-marly-sysley

Publié le 23/04/2021

haut de page

ressources internet

  1. La notice de l’œuvre sur le site du musée d’Orsay
    https://www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/notice.html?no_c
  2. Une biographie du peintre sur le site de l’association Les Amis d’Alfred Sisley
    http://www.alfred-sisley.com/biographie/
  3. L’article sur l’impressionnisme de l’encyclopédie Larousse
    https://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/impressionnisme/60306
  4. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Composition :
Manière de disposer des figures, des motifs ou des couleurs dans l’élaboration d’une œuvre.
Impressionnisme :
Courant artistique regroupant l’ensemble des artistes indépendants qui ont exposé collectivement entre 1874 et 1886. Le terme a été lancé par un critique pour tourner en dérision le tableau de Monet Impression soleil levant (1872). Les impressionnistes privilégient les sujets tirés de la vie moderne et la peinture de plein air.
Peindre sur le motif :
Expression qui signifie peindre en ayant sous les yeux ce que l’on souhaite représenter.
Romantisme :
Le mot est introduit dans la langue française par Rousseau à la fin du XVIIIe siècle. Il désigne par la suite un élan culturel qui traverse la littérature européenne au début du XIXe siècle, puis tous les arts. Rompant avec les règles classiques, la génération romantique explore toutes les émotions données par de nouveaux sujets, en privilégiant souvent la couleur et le mouvement.
haut de page


laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers