La Liberté éclairant le monde | Panorama de l'art

  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle
  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle


La Liberté éclairant le monde Statue de la Liberté Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904)

Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904), La Liberté éclairant le monde (Statue de la Liberté). 1886, sculpture (fer, cuivre). États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
  • La Liberté éclairant le mondea
  • La Liberté éclairant le mondeb
  • La Liberté éclairant le mondec
  • La Liberté éclairant le monded
  • Statue du général Rapp1
  • La Liberté guidant le peuple (28 juillet 1830)10
  • Liberty Loan11
  • La Tour Eiffel avec la Statue de la Liberté12
  • La Liberté éclairant le monde13
  • Le Lion de Belfort2
  • Vue des deux colosses, de trois quarts3
  • Colossal Hand and Torch “Liberty”4
  • Tête de la Statue de la Liberté par Bartholdi5
  • La Statue de la Liberté de Bartholdi, dans l’atelier du fondeur Gaget, rue de Chazelles6
  • Atelier d’exécution de la Statue de la Liberté, 25 rue de Chazelles7
  • Remise de la statue colossale de la Liberté à M. Morton, ambassadeur des États-Unis8
  • New York. – Welcome to the Land of Freedom. – An Ocean Steamer Passing the Statue of Liberty: Scene on the Steerage Deck9
La Liberté éclairant le monde
Statue de la Liberté
auteur(s) : Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904)
matériaux : fer, cuivre
technique : sculpture
datation : 1886
lieu de conservation : États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904), La Liberté éclairant le monde (Statue de la Liberté). 1886, sculpture (fer, cuivre). États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
La Liberté éclairant le monde
Statue de la Liberté
auteur(s) : Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904)
matériaux : fer, cuivre
technique : sculpture
datation : 1886
lieu de conservation : États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904), La Liberté éclairant le monde (Statue de la Liberté). Détail de la main droite et de la torche. 1886, sculpture (fer, cuivre). États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
La Liberté éclairant le monde
Détail de la main droite et de la torche
Statue de la Liberté
auteur(s) : Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904)
matériaux : fer, cuivre
technique : sculpture
datation : 1886
lieu de conservation : États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904), La Liberté éclairant le monde (Statue de la Liberté). Détail de la main gauche et de la tablette. 1886, sculpture (fer, cuivre). États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
La Liberté éclairant le monde
Détail de la main gauche et de la tablette
Statue de la Liberté
auteur(s) : Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904)
matériaux : fer, cuivre
technique : sculpture
datation : 1886
lieu de conservation : États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904), La Liberté éclairant le monde (Statue de la Liberté). 1886, sculpture (fer, cuivre). États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
La Liberté éclairant le monde
Détail des chaînes brisées aux pieds de la Liberté et de son socle
Statue de la Liberté
auteur(s) : Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904)
matériaux : fer, cuivre
technique : sculpture
datation : 1886
lieu de conservation : États-Unis d’Amérique, New York, Liberty Island
Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904), Statue du général Rapp. 1859, sculpture (bronze). Colmar, parc du Champ-de-Mars
Statue du général Rapp
auteur(s) : Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904)
matériaux : bronze
technique : sculpture
datation : 1859
lieu de conservation : Colmar, parc du Champ-de-Mars
Eugène Delacroix (1798-1863), La Liberté guidant le peuple (28 juillet 1830). 1830, peinture (huile sur toile), 260 × 325 cm. Paris, musée du Louvre
La Liberté guidant le peuple (28 juillet 1830)
auteur(s) : Eugène Delacroix (1798-1863)
dimension : H. 260 cm ; L. 325 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1830
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Adolph Treidler (1886-1981), Liberty Loan. Affiche appelant à l’emprunt pour l’effort de guerre. Entre 1914 et 1918, estampe. Blérancourt, Musée franco-américain du château de Blérancourt
Liberty Loan
Affiche appelant à l’emprunt pour l’effort de guerre
auteur(s) : Adolph Treidler (1886-1981)
technique : estampe
datation : entre 1914 et 1918
lieu de conservation : Blérancourt, Musée franco-américain du château de Blérancourt
Anonyme, La Tour Eiffel avec la Statue de la Liberté. Après 1937, photographie (épreuve sur papier), 18 × 23 cm. Paris, musée d’Orsay
La Tour Eiffel avec la Statue de la Liberté
auteur(s) : Anonyme
dimension : H. 18 cm ; L. 23 cm
matériaux : Épreuve sur papier
technique : photographie
datation : après 1937
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904), La Liberté éclairant le monde (Statue de la Liberté). Réplique du musée d’Orsay. Vers 1889, sculpture (bronze), 287 × 105 × 75 cm. Paris, musée d’Orsay
La Liberté éclairant le monde
Réplique du musée d’Orsay
Statue de la Liberté
auteur(s) : Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904)
dimension : H. 287 cm ; L. 105 cm ; P. 75 cm
matériaux : bronze
technique : sculpture
datation : vers 1889
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Agence Rol, Le Lion de Belfort. Octobre 1920, photographie (négatif sur verre), 13 × 18 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France
Le Lion de Belfort
auteur(s) : Agence Rol
dimension : H. 13 cm ; L. 18 cm
matériaux : négatif sur verre
technique : photographie
datation : octobre 1920
lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France
Émile Béchard (né en 1844), Vue des deux colosses, de trois quarts. Colosses de Memnon à Karnak. Entre 1870 et 1880, photographie (épreuve sur papier albuminé d’après négatif verre), 27 × 38 cm. Montigny-le-Bretonneux, fort de Saint-Cyr, médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine
Vue des deux colosses, de trois quarts
Colosses de Memnon à Karnak
auteur(s) : Émile Béchard (né en 1844)
dimension : H. 27 cm ; L. 38 cm
matériaux : épreuve sur papier albuminé d’après négatif verre
technique : photographie
datation : entre 1870 et 1880
lieu de conservation : Montigny-le-Bretonneux, fort de Saint-Cyr, médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine
Centennial Photographic Company, Colossal Hand and Torch “Liberty”. La main tenant la torche photographiée lors de l’Exposition universelle de 1876 organisée à Philadelphie. 1876, stéréographie. États-Unis d’Amérique, Washington, Library of Congress
Colossal Hand and Torch “Liberty”
La main tenant la torche photographiée lors de l’Exposition universelle de 1876 organisée à Philadelphie
auteur(s) : Centennial Photographic Company
technique : stéréographie
datation : 1876
lieu de conservation : États-Unis d’Amérique, Washington, Library of Congress
Charles-François Bossu, dit Charles Marville (1813-1879), Tête de la Statue de la Liberté par Bartholdi. Photographiée lors de l’Exposition universelle de 1878 (Paris, Champs-Élysées). 1878, photographie (épreuve sur papier albuminé), 29,2 × 21,4 cm. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts
Tête de la Statue de la Liberté par Bartholdi
Photographiée lors de l’Exposition universelle de 1878 (Paris, Champs-Élysées)
auteur(s) : Charles-François Bossu, dit Charles Marville (1813-1879)
dimension : H. 29,2 cm ; L. 21,4 cm
matériaux : Épreuve sur papier albuminé
technique : photographie
datation : 1878
lieu de conservation : Paris, École nationale supérieure des beaux-arts
Paul-Joseph-Victor Dargaud (1850-1921), La Statue de la Liberté de Bartholdi, dans l’atelier du fondeur Gaget, rue de Chazelles. Vers 1884, peinture (huile sur toile), 60,5 × 46,3 cm. Paris, musée Carnavalet
La Statue de la Liberté de Bartholdi, dans l’atelier du fondeur Gaget, rue de Chazelles
auteur(s) : Paul-Joseph-Victor Dargaud (1850-1921)
dimension : H. 60,5 cm ; L. 46,3 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : vers 1884
lieu de conservation : Paris, musée Carnavalet
Paul Blondel (1855-1924), Atelier d’exécution de la Statue de la Liberté, 25 rue de Chazelles. 1884, gravure, 12,1 × 20,4 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France
Atelier d’exécution de la Statue de la Liberté, 25 rue de Chazelles
auteur(s) : Paul Blondel (1855-1924)
dimension : H. 12,1 cm ; L. 20,4 cm
technique : gravure
datation : 1884
lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France
Fortuné Louis Méaulle (1844-1901) et H. Meyer, Remise de la statue colossale de la Liberté à M. Morton, ambassadeur des États-Unis. 1884, gravure, 31,7 × 21,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France
Remise de la statue colossale de la Liberté à M. Morton, ambassadeur des États-Unis
auteur(s) : Fortuné Louis Méaulle (1844-1901) et H. Meyer
dimension : H. 31,7 cm ; L. 21,5 cm
technique : gravure
datation : 1884
lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France
New York. – Welcome to the Land of Freedom. – An Ocean Steamer Passing the Statue of Liberty: Scene on the Steerage Deck. Gravure publiée dans Frank Leslie’s Illustrated Newspaper, 2 juillet 1887, p. 324-325. 1887, gravure. États-Unis d’Amérique, Washington, Library of Congress
New York. – Welcome to the Land of Freedom. – An Ocean Steamer Passing the Statue of Liberty: Scene on the Steerage Deck
Gravure publiée dans Frank Leslie’s Illustrated Newspaper, 2 juillet 1887, p. 324-325
technique : gravure
datation : 1887
lieu de conservation : États-Unis d’Amérique, Washington, Library of Congress

Saviez-vous que cette statue emblématique de la ville de New York, et des États-Unis en général, était l’œuvre d’un sculpteur français ?

Auguste Bartholdi naît en 1834 à Colmar, en Alsace, dans un milieu aisé. Il perd son père à l’âge de 2 ans ; sa mère décide alors de s’installer à Paris, tout en gardant de profondes attaches à Colmar.

Lycéen, Bartholdi fréquente l’atelier du peintre Ary Scheffer, qui lui conseille de s’orienter vers une carrière de sculpteur. À 20 ans à peine, il remporte un concours organisé par la ville de Colmar et réalise sa première œuvre monumentale, une statue en bronze à l’effigie du général Rapp image 1, inaugurée en 1856. Avec le peintre Jean-Léon Gérôme, son ami, il entreprend alors un voyage vers l’Égypte et le Yémen, dont il rapporte de nombreux souvenirs. À son retour, il participe à de nombreux concours pour des commandes publiques.

 

Un cadeau d’amitié pour l’Amérique

En 1865, alors que Bartholdi participe à un dîner chez Édouard de Laboulaye, un juriste américanophile, l’idée germe parmi les convives de sceller l’amitié franco-américaine par le don d’une sculpture monumentale qui commémorerait le centième anniversaire de la déclaration d’indépendance des États-Unis (4 juillet 1776), à l’issue d’une guerre à laquelle la France avait participé.

Bartholdi, réputé pour ses projets architecturaux et ses effigies d’hommes célèbres, est choisi pour la réaliser.

 

Une thématique chère à Bartholdi

Le projet est lancé, mais il faut attendre 1871 pour que le sculpteur se rende à New York et conçoive La Liberté éclairant le monde.

Entre-temps a effectivement éclaté la guerre franco-prussienne de 1870, dans laquelle Bartholdi s’est engagé comme aide de camp de Garibaldi ; il est très affecté par la défaite de la France, d’autant plus que son Alsace natale est annexée par la Prusse. Le symbole de la liberté revêt alors pour lui une signification toute particulière.

Parallèlement à la conception de la Statue de la liberté, Bartholdi est choisi pour exécuter une statue hommage à la résistance héroïque de la ville de Belfort aux assauts prussiens : le Lion de Belfort image 2.

En 1875, une souscription  appelant à la réalisation de la statue est enfin lancée. Le projet est ainsi décrit : « Il s’agit d’élever, en souvenir du glorieux anniversaire, un monument exceptionnel. Au milieu de la rade de New York, sur un îlot qui appartient à l’Union des États, en face de Long Island, où fut versé le premier sang pour l’indépendance, se dresserait une statue colossale, se dessinant sur l’espace, encadrée à l’horizon par les grandes cités américaines de New York, Jersey City et Brooklyn. Au seuil de ce vaste continent, plein d’une vie nouvelle, où arrivent tous les navires de l’univers, elle surgira du sein des flots ; elle représentera : “La Liberté éclairant le monde.” La nuit, une auréole lumineuse, partant de son front, rayonnera au loin sur la mer immense. »

 

Une iconographie et un style monumental inspirés de l’Antiquité

Si les premières études de Bartholdi montrent une Liberté de style orientaliste, celle-ci est finalement devenue une femme fièrement drapée à l’antique, coiffée d’un diadème à sept pointes image principale. Elle semble s’avancer, libérée de ses chaînes qui gisent à ses pieds image d. De sa main droite, elle brandit haut la torche enflammée image b, tandis que de la gauche, elle tient solidement contre elle une tablette symbolisant la loi image c. Cette iconographie sévère se distingue de celle qu’avait choisie Eugène Delacroix dans son tableau manifeste La Liberté guidant le peuple image 10 plus de quatre décennies auparavant.

La monumentalité est au cœur du projet. Elle s’inscrit non seulement dans le sillage du style monumental à la mode au Second Empire, mais également de la statuaire antique grecque et égyptienne. Bartholdi se souvient en effet des colosses de Memnon image 3 qu’il a pu observer lors de son voyage en Égypte. Sa statue évoque aussi le mythique colosse de Rhodes de l’Antiquité grecque.

 

Une prouesse technique : de la conception à la réalisation

La recherche de monumentalité amène Bartholdi à renoncer à une statue de bronze coulé, dont le poids serait beaucoup trop important pour le piédestal. Il privilégie donc l’usage d’une charpente métallique en fer couverte de plaques de cuivre.

Tour à tour, Eugène Viollet-le-Duc puis Gustave Eiffel collaborent aux études de la structure, conçue dans les ateliers de ce dernier à Levallois-Perret ; les plaques de cuivre, elles, ont été montées dans les ateliers Gaget, Gauthier et Cie, rue de Chazelles image 6 image 7, dans le 17e arrondissement de Paris.

Au final, cinq grandes étapes sont nécessaires à la réalisation de la Statue de la Liberté. Tout d’abord, Bartholdi façonne un premier modèle en plâtre de 2,11 m de haut (sans le bras levé), puis un second, également en plâtre, quatre fois plus grand que le précédent (soit au quart de la taille de la sculpture définitive). Ensuite, par une projection de mise au carreau, c

e second modèle permet de fabriquer, un à un, les éléments de la sculpture aux dimensions réelles. Enfin, les feuilles de cuivre sont mises en forme par emboutissage puis assemblées par rivets.

Afin de renseigner le public américain sur l’évolution des travaux en cours et éveiller son enthousiasme, Bartholdi décide de présenter à Philadelphie, lors de l’Exposition universelle de 1876, la main droite grandeur nature image 4. Deux ans plus tard, c’est la tête image 5 que le sculpteur montre à l’Exposition universelle de 1878, à Paris.

Il faudra encore cinq années de travail pour terminer la sculpture, qui étonne et fascine par la prouesse technique accomplie.

Bien que le délai n’ait pu être tenu et l’ensemble du projet mené à temps pour la date anniversaire, c’est au final une œuvre gigantesque de 56 m de hauteur et pesant 120 t de fer et 80 de cuivre qui est livrée aux États-Unis, autant fonctionnelle que symbolique.

 

Un symbole de paix et de liberté

Le 4 juillet 1884, Ferdinand de Lesseps, nouveau président de l’Union franco-américaine, signe l’acte de donation de la sculpture au peuple américain. Quant au financement du socle, il est assuré par les Américains eux-mêmes.

Les différents éléments de l’œuvre, répartis dans 210 caisses, sont livrés en juin 1885 puis assemblés image 8. La sculpture est inaugurée le 28 octobre 1886 ; mesurant avec son socle 91 m de haut image principale, elle est à cette époque la statue la plus haute du monde.

D’emblée mondialement connue, la statue  se dresse à l’embouchure de l’Hudson, là où des générations d’immigrés arrivent d’Europe image 9. Progressivement, elle devient la Statue de la Liberté, se muant en symbole de l’espoir qui les anime à leur arrivée dans le Nouveau Monde. En 1903, les derniers vers d’un poème de l’Américaine Emma Lazarus, intitulé The New Colossus (« le nouveau colosse »), sont d’ailleurs gravés sur le socle, faisant parler la statue : « Envoie-les moi », dit-elle au Vieux Monde à propos des « pauvres » et des « exténués » qui « en rangs pressés aspirent à vivre libres ».

 

Le rêve américain, image d’actualité

Ce symbole de paix intègre très vite l’histoire des États-Unis. Dès lors qu’il s’agit de s’adresser au peuple américain, de le rassembler, de le faire adhérer, l’image de la statue créée par Bartholdi est utilisée. Les affiches s’en emparent image 11, ainsi que les bons établis lors du premier conflit mondial pour les emprunts de guerre.

La Statue de la Liberté fédère. Au-delà de sa fonction commémorative, elle est une promesse pour l’avenir, un symbole du rêve américain. Elle devient une marque de l’Amérique, tour à tour plébiscitée, idéalisée, caricaturée. Le publiciste l’utilise. L’artiste également. Elle est aussi largement exploitée par le cinéma, puis par les séries qui contribuent largement à la pérennité de sa célébrité.

À Paris, deux répliques témoignent des origines françaises de ce projet exceptionnel. Offerte par des Français vivant aux États-Unis, une statue de 11 m de haut est inaugurée en 1889 à la pointe ouest de l’île aux Cygnes, à Paris image 12. Une autre version réduite est érigée dans les jardins du Luxembourg en 1900, puis transférée quelques années plus tard au musée d’Orsay image 13. Des deux côtés de l’Atlantique, la Statue de la Liberté conserve un pouvoir symbolique qui demeure totalement d’actualité et rayonne de manière universelle.

 

Véronique Duprat-Roumier

Permalien : https://panoramadelart.com/liberte-eclairant-le-monde-bartholdi

Publié le 20/07/2021

haut de page

ressources internet

  1. Le site du musée Bartholdi à Colmar
    https://www.musee-bartholdi.fr/auguste-bartholdi
  2. La notice de la réplique conservée au musée d’Orsay
    https://www.musee-orsay.fr/index.php?id=851&L=0&tx_commentaire_pi1[showUid]=2315
  3. Une émission de France Culture sur la Statue de la Liberté
    https://www.franceculture.fr/histoire/la-statue-de-la-liberte-lidee-francaise-de
  4. Des ressources iconographiques sur le site de la bibliothèque du Congrès
    https://www.loc.gov/search/?in=&q=statues+of+liberty&new=true&st=
  5. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Emboutissage :
Procédé métallurgique à froid qui consiste à frapper une plaque de métal sur un support solide de manière à lui donner une forme. Allégorie, Exposition universelle
Mise au carreau :
Technique de dessin qui consiste à réaliser un quadrillage sur un modèle de façon à permettre son agrandissement en respectant ses proportions.
haut de page


laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !



* Vos données sont destinées à la Rmn-Grand Palais, qui en est le responsable de traitement. Elles sont nécessaires pour traiter votre demande de publication de commentaire. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la Rmn-Grand Palais impliqués dans de la publication de vos commentaires.
Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr.
Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données en cliquant ici.