Portrait de jeune femme

Portrait de jeune femme

Auteur

Dimensions

H. 37 cm ; L. 38 cm

Provenance

Pompéi, maison de la Regio VI

Technique

peinture à fresque

Matériaux

Datation

Ier siècle apr. J.-C.

Lieu de conservation

Naples, Museo Archeologico Nazionale

Un portrait ressemblant ? Une image idéale ?

En 79 apr. J.-C., une violente éruption du Vésuve fait disparaître Pompéi ainsi qu'Herculanum, Stabies et d'autres cités voisines. En quelques heures, Pompéi est ensevelie sous une couche de pierres ponces et de cendres de 6 à 7 mètres d'épaisseur. Paradoxalement, ces circonstances dramatiques ont permis la préservation d'une source exceptionnelle d'informations sur de nombreux aspects de la vie sociale, artistique, économique, religieuse et politique de l'Antiquité. Les fouilles archéologiques, commencées en 1748, ont mis au jour une grande partie de la ville, des monuments publics et des centaines de maisons privées aux décors largement conservés. Ces peintures, si nombreuses, qualifiées de « pompéiennes », s'inscrivent en réalité dans l'histoire de la peinture romaine, dont trop peu d'exemples subsistent.

Un élément de décor mural

Ce portrait de jeune femme [ image principale ] n'est pas un tableau, mais un élément d'un vaste décor à fresque qui couvrait entièrement les murs d'une pièce. Avec son pendant – un jeune homme tenant un rouleau de manuscrit ou volumen – et une nature morte consacrée aux instruments de l'écriture, il a été arraché du mur d'une demeure découverte en mai 1760, puis encadré pour être exposé au musée de Naples. Cette pratique qui consistait à prélever des éléments choisis, courante chez les premiers « archéologues », est aujourd'hui condamnée.

Une jeune fille cultivée

Parée avec raffinement, la jeune femme se détache en buste sur un fond gris de forme circulaire. Elle est vêtue d'un manteau rose sur une tunique verte, et ses cheveux bouclés, maintenus par une résille dorée, encadrent un délicat visage ovale au nez très droit. Ce type de coiffure était en vogue au premier siècle de notre ère [ image 1 ]. Des touches de jaune ponctuent la composition : elles mettent en valeur la résille, les anneaux d'or et attirent le regard sur les bords des tablettes à écrire.

Le portrait est celui d'une docta puella, une jeune femme éduquée appartenant à la noblesse. Elle tient dans la main droite un stylet et dans la gauche quatre tablettes de bois enduites de cire, support de l'écriture [ image 2 ]. La pose légèrement affectée, avec le stylet sur la bouche, évoque la recherche de l'inspiration.

Une autre fresque pompéienne de la même époque représente un couple, le boulanger Terentius Neo (autrefois confondu avec Paquius Proculus) et son épouse [ image 3 ], saisis dans la même attitude que cette jeune fille et son compagnon.

Le motif était donc certainement dans « l'air du temps », à la mode dans une certaine couche de la société. Il indique aussi que l'écriture était maîtrisée par une part importante de la population aisée, y compris par les femmes, ce que d'autres sources confirment.

Portraits peints dans l'Empire romain

Il est indéniable que Terentius Neo et son épouse sont représentés de manière reconnaissable avec la vigueur d'un vrai portrait. Le rapprochement avec des portraits peints sur bois de l'époque romaine retrouvés en Égypte est convaincant. Ces portraits, dits du Fayoum [ image 4 ], se présentaient comme des tableaux individuels, encadrés, destinés à être accrochés au mur. Ils ont été retaillés pour être insérés dans les bandelettes des momies, et le sable du désert égyptien les a parfaitement conservés. Il est logique de penser que de tels portraits ornaient aussi les demeures pompéiennes, mais ils n'ont pas survécu à l'éruption.

Le portrait d'une jeune fille ou une figure idéale

Contrairement aux portraits du Fayoum, la représentation de la jeune femme est plus idéalisée qu'individualisée. Ses traits reprennent les recherches des artistes grecs de la période classique.

Ce visage aux traits réguliers, impassible, reflète les leçons des philosophes grecs à propos du Beau idéal [ image principale ]. Pline l'Ancien a affirmé l'admiration des Romains pour l'art de la période classique grecque, érigé en modèle. La référence à la culture grecque constitue également une marque de raffinement pour la noblesse que les classes sociales plus modestes cherchent à imiter.

L'art, une promesse d'éternité

Les érudits du XIXe siècle ont émis l'hypothèse qu'il puisse s'agir d'un portrait imaginaire de la poétesse grecque Sappho, ou d'une Muse, comme on en trouve dans d'autres fresques pompéiennes [ image 5 ]. Mais rien ne permet de le confirmer.

En revanche, le sujet peut s'apparenter avec le thème de « l'homme des Muses » (Mousikos Anèr), l'homme cultivé, qui se développera du IIe au IVe siècle sur les sarcophages romains [ image 6 ]. La représentation des instruments de la culture, souvent placés entre les mains des défunts, indique leur dévotion envers les Muses et les arts et, selon une croyance avérée en Grèce dès le IVe siècle av. J.-C., leur promet l'immortalité.

Sandrine Bernardeau

Permalien : https://panoramadelart.com/analyse/portrait-de-jeune-femme

Publié le 21/08/2013

Ressources

Le site officiel de Pompéi

http://www.pompeiisites.org

L'expo Pompéi du Grand Palais chez vous

https://www.grandpalais.fr/fr/expo-pompei-chez-vous

Site d’une grande richesse consacré à la peinture antique

http://arts.ens-lyon.fr/peintureancienne/index.htm

Sur les collections de peinture romaine du musée national de Rome, au Palazzo Massimo alle Terme

http://www.rome-roma.net/musee-national-romain-palazzo-massimo-alle-terme-villas-romaines.php

Glossaire

Fresque : Technique de peinture murale qui consiste à appliquer des couleurs délayées à l’eau sur un enduit frais. Le mot est d’origine italienne, il vient de fresco qui signifie frais. Toute œuvre peinte d’après ce procédé est aussi désignée sous le nom de fresque.

Nature morte : Représentation d’objets, de végétaux, de nourriture ou d’animaux sans vie.

Période classique : Période englobant les Ve et IVe siècles av. J.-C., qui voit naître en Grèce des innovations décisives dans les arts. En sculpture, de grands artistes comme Polyclète, Praxitèle ou Lysippe travaillent sur la représentation du corps en mouvement dans l’espace. Leurs œuvres seront des modèles suivis durant la période hellénistique et dans l’art romain.

Muses : Dans la mythologie gréco-romaine, les Muses sont des divinités, au nombre de neuf, qui protègent les arts.

Pline l’Ancien : Écrivain romain du Ier siècle apr. J.-C., auteur d’une Histoire naturelle.