Marie-Antoinette, reine de France, Wertmüller Adolf-Ulrik

Marie-Antoinette de Lorraine-Habsbourg, reine de France

Dimensions

65.5 x 54.4 cm

Provenance

Technique

Huile sur toile

Matériaux

Datation

1788

Lieu de conservation

Versailles, Châteaux de Versailles et de Trianon

Le portrait le plus ressemblant de Marie-Antoinette

Née à Vienne en 1755 [ image 01 et 02 ] et mariée au futur roi Louis XVI en 1770, la reine Marie-Antoinette a laissé de très nombreux portraits. Si tous les monarques se faisaient fréquemment représenter de manière officielle, Marie-Antoinette eut à cœur de donner d’elle une image moins conventionnelle. Le peintre suédois Adolf Wertmüller l’a représentée ici à l’âge de trente-trois ans. Elle est figurée de trois quarts, la tête légèrement en arrière, vêtue d’une jaquette et coiffée d’un bonnet « à la créole ».

Marie-Antoinette n’attendait qu’une chose d’un portrait, c’est qu’il fût ressemblant. De ce point de vue, il semble que le tableau de Wertmüller ait atteint son but. D’après les témoignages des proches de la reine, le peintre aurait su capter ce qui faisait son charme. Sans être belle à proprement parler, Marie-Antoinette possédait un teint transparent, des yeux gris-bleu et des cheveux blonds tirant sur le roux (s’ils apparaissent plutôt cendrés sur cette toile, c’est qu’ils étaient poudrés, comme le voulait la mode de l’époque). Les cours de danse et de maintien qu’elle avait reçus dans sa jeunesse [ image 03 et 04 ] lui avaient donné un port altier et une démarche gracieuse, lui conférant une allure royale.

Le goût des atours et des belles choses

Marie-Antoinette porte ici un vêtement à la mode anglaise, réservé aux promenades à cheval, un passe-temps auquel elle s’adonnait volontiers [ image 05 ]. Elle avait un goût prononcé pour la mode et devint la plus coquette de toutes les reines d’Europe, donnant le ton à son époque. Elle rechercha constamment le confort et la liberté de mouvement, ce qui lui fit adopter des tenues modernes, comme les « robes chemises ».

Marie-Antoinette fut une souveraine dépensière. Son attirance effrénée pour le luxe la conduisit à réaménager ses appartements au sein des palais royaux, à Versailles [ image 06 ] comme à Fontainebleau [ image 07 et 08 ], et à commander nombre de meubles et d’objets d’art nouveaux. Ses collections comptaient des porcelaines françaises, des laques du Japon et des vases de Chine montés sur orfèvrerie [ image 09 ]. Du fait de ses choix et de la constance avec laquelle elle fit travailler les artistes, elle est à l’origine de ce que l’on pourrait appeler un « style Marie-Antoinette », plein de légèreté et de motifs floraux.

Marie-Antoinette et la révolution de 1789

Malgré son charme, la jeune reine fut très tôt impopulaire, du fait d’abord de son insouciance et de son refus de tenir son rang à la Cour. Les difficultés traversées par le pays n’arrangeaient rien. Le royaume, écrasé de dettes, était au bord de la banqueroute. Marie-Antoinette n’était pour rien dans cette situation, mais elle cristallisa la haine et le mécontentement du peuple.

Incapable de répondre à la crise par les réformes nécessaires, Louis XVI assista impuissant à la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 [ image 10 ] et à l’abolition de la monarchie le 22 septembre 1792. Dès l’exécution du roi, le 21 janvier 1793 [ image 11 ], il fut décidé de traduire la reine devant le tribunal révolutionnaire. Le procès de Marie-Antoinette se déroula sur deux jours, en octobre 1793. Face aux accusations non fondées, elle se défendit avec courage et dignité, suscitant l’admiration générale. Néanmoins elle fut décapitée à son tour, le 16 octobre, à l’âge de trente-huit ans [ image 13 ].

Sa mort émut les monarchies européennes. Dès l’année suivante, ce fut en martyre que le peintre anglais William Hamilton la représenta sortant de sa prison pour se rendre au supplice

 

Exposition "Dix chefs-d'oeuvre de la peinture française", Macao, du 27 juin au 7 septembre 2014

Permalien : https://panoramadelart.com/analyse/marie-antoinette-reine-de-france

Publié le 22/09/2022

Glossaire

Porcelaine : La porcelaine est une céramique qui se caractérise par la blancheur et la finesse de sa pâte. On distingue la porcelaine dure de la porcelaine tendre. La pâte de la porcelaine dure, la « vraie porcelaine », est composée de matières minérales naturelles : le kaolin, le quartz et le feldspath. C’est le kaolin, une argile primaire de couleur blanche, qui confère à la porcelaine sa blancheur et sa translucidité. Elle résiste aux variations de température. La porcelaine tendre est une porcelaine dont la pâte ne comporte pas de kaolin. Elle est composée essentiellement de marne calcaire blanche et de silice. De couleur blanc crémeux, elle est moins résistante aux chocs thermiques et peut se rayer à l’acier.